ZOOM SUR LA CLINIQUE NURLU GOZ «LUMIERE SAINTE» : Innovation dans le traitement des yeux

Toutes les opérations relatives au traitement des yeux sont désormais praticables au Sénégal. Avec un équipement complet et sophistiqué, la clinique ophtalmologique turque Nurlu Goz vient au secours des patients de la vue.

Basée à la cité CPI en face du cimetière Saint Lazare, la clinique ophtalmologique turque Nurlu Goz dispose d’un matériel très sophistiqué pour le traitement de toutes les maladies des yeux. En effet, grâce son équipement complet, les patients des pathologies des yeux n’ont plus besoin d’aller à  l’extérieur pour se soigner. « Notre clinique peut faire toutes  les opérations du monde », affirme M. Cavit  Kalkan, directeur de Nurlu Goz (ou Lumière Sainte dans la langue de Molière). Trouvé dans son bureau, à la clinique, le spécialiste turc confie avoir fait un investissement total de 1 milliard de FCFA dans des machines de dernier cri pour assurer le traitement de toutes les maladies de la vision. Son staff médical est composé de quatre spécialistes. Des médecins turcs autorisés à travailler au Sénégal. « Nous sommes tous formés en Amérique ou en Europe », confie  Dr Voltan Qetinkor, opérateur d’ophtalmologique. Selon Dr Qetinkor, ce nombre de spécialistes pourra même augmenter avec le temps. Lumière Sainte reçoit quatre à cinq patients par jour. Le personnel global est au nombre de 20. Des matériaux de nouvelle génération installés au Sénégal pour une première, permettent de faire l’opération et de laisser repartir le malade sur le champ. La capacité d’accueil demeure 250 consultations et 25 opérations par jour. « On assure une opération efficace et un contrôle du suivi », promet le directeur. Une visite de la clinique nous conduit dans la salle d’attente. Réservé à l’accueil, « ce luxueux salon sert à l‘identification du malade », explique une doctoresse sénégalaise, la trentaine, teint noir, petite taille. Selon elle, cet entretien individuel garantit en effet le suivi du dossier. Cela à travers un échange d’informations pour mieux cerner le statut du patient. Face à ladite salle, deux blouses blanches derrière le comptoir s’occupent de l‘accueil. En longeant le couloir, on pénètre dans l’une des deux pièces dévolues à la consultation. L’une d’elles est équipée d’un appareil de contactologie et d’une autre machine, munie de lentilles de contact. Cet appareil guère fréquent au Sénégal donne plus de confort au malade, au moment ou l’autre machine lui permet d’avoir des lentilles correctrices à mettre chaque matin. « C’est surtout pour les patients qui n’aiment pas trop les lunettes », explique-t-elle. Il s’y ajoute une lampe  à fente de dernière génération. Celle-ci permet d’éclairer et d’étudier individuellement chaque partie de l’œil. Même équipement dans la seconde salle de consultation. Quant à la salle d’examen, elle est équipée d’outils très spécifiques pour prendre la réfraction et connaître le degré des lunettes. « Cette machine sert à la réfraction et à la kérathométrie », poursuit notre guide.

Dépistage du glaucome à un stade infra clinique

Un autre appareil est aussi destiné à la tonométrie. Cet examen est un moyen efficace de dépister le glaucome. Selon  ces spécialistes, ce dépistage est recommandé tous les 3 à 5 ans chez l’adulte de plus de 40 ans, ou plus souvent, chez les patients présentant des risques particuliers, selon le jugement clinique du médecin. L’examen sert habituellement à déterminer la pression intraoculaire. Il facilite aussi un diagnostic de suivi de l’évolution d’un glaucome. « Cette pathologie des yeux provoque une diminution irrémédiable du champ de vision. Elle est la conséquence de dommages au nerf optique », renseigne la spécialiste. C’est d’abord la vision périphérique qui est touchée. Pis, la personne qui en souffre peut devenir aveugle si elle ne reçoit aucun traitement. Le glaucome est d’ailleurs la 2e cause de cécité dans les pays les moins développés du monde, après la cataracte, selon les spécialistes. La Tomographie par cohérence optique concerne aussi la maladie du glaucome, cette technique qui requiert un appareil particulier, permet de quantifier le nombre de fibres optiques, selon elle : « Au  Sénégal, seules quelques rares  structures  disposent de cette machine. Elle détecte la maladie à un stade infra clinique, informe la spécialiste. Qui ajoute « le seul problème est que, ici, les gens viennent consulter à un stade tardif ». Elle ajoute : « Grâce à ces dispositifs, beaucoup de malades nous sont envoyés ici, pour voir l’état des vaisseaux par le biais des examens para cliniques ».

Une réfraction à longue distance

Nurlu Goz dispose aussi d’un appareil  très précieux pour les enfants et les personnes âgées.  Cet outil  sert à prendre la réfraction à 100m près. « J’ai travaillé dans le public comme dans le privé, mais c’est ici que, pour la première fois, j’ai vu cet appareil au Sénégal », témoigne la professionnelle.  Dans la même salle se trouve une machine, qui effectue à la fois trois examens : la quératonométrie, la réfraction et la tonométrie. Les déplacements multiples seront ainsi épargnés au malade, sans  parler de son efficacité », témoigne la technicienne.

Le Cam qui permet de stimuler la macula trône aussi sur les lieux. Cet  appareil permet de soigner l’amblyopie, un défaut de développement visuel qui touche 2% des enfants. De ses explications il ressort que cette maladie, difficile à traiter, se traduit par une baisse de l’intensité visuelle d’un des yeux et par une mauvaise vision des reliefs. Si ce problème visuel n’est pas pris en charge à temps, cela risque de provoquer la perte de la vision de l’œil. « C’est une véritable innovation, car l’enfant, en jouant, peut stimuler son maculant ».

Le  frontophométre  est un  autre appareil dont dispose la clinique. Elle permet de déterminer la correction des verres. L’échographie de l’œil est aussi faite dans cette clinique turque. Ce, à travers une écobiométrie.

Poursuivant la visite, nous entrons dans une salle consacrée à la biométrie. Pointant du doit un appareil, elle explique que c’est pour mesurer la puissance de  l’implant en cas de cataracte. Cette pakymétrie  mesure l’épaisseur de la cornée dans des cas de myope  astigmate », souligne-t-elle. Et d’ajouter, sous les acquiescements du reste de l’équipe, « ce test est  d’une importance capitale et tous ces examens que nous avons cité font partie de la consultation ».

A la liste de ces précieuses machines de dernière génération, s’ajoute une salle d’opération bien équipée pour effectuer l’opération de l’œil. « Et nous ferons  bientôt l’implantation de la cornée », ambitionne  le directeur.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>