m4s0n501
XV ème Sommet de l’OIF: La Renaissance : La Francophonie, vers une ‘’organisation sociale totale’’ | LaGazette.sn

Classé dans | Contribution

XV ème Sommet de l’OIF: La Renaissance : La Francophonie, vers une ‘’organisation sociale totale’’

Publié le 21 novembre 2014 par admin

En 1970, date de sa création à Niamey (Niger), l’ACCT (Agence pour la Coopération Technique et Culturelle) devenue l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) en 1995, avait comme cœur de métier, la promotion de la Diversité linguistique et culturelle, en faisant de telle sorte que l’Humanité ne bascule pas d’une Mondialisation qui fait la part belle aux Diversités, vers une Globalisation qui est en cours et qui impose un universalisme dominant (une dictature linguistique, culturelle, juridique, sécuritaire et économico-financière).

En 1997, à Hanoï (Vietnam), soit 27 ans après sa création, la Francophonie allait faire sa première Renaissance, en complétant à sa mission première et fondamentale (la promotion des diversités Linguistiques et Culturelles de l’Humanité), la prise en charge de la Politique (Gouvernance, Droits Humains) et du Sécuritaire (les menaces globales  »irrédentisme religieux, environnement, développement durable… »).
En 2014, à Dakar (Sénégal), soit 17 ans après sa première Renaissance, la Francophonie va faire sa deuxième Renaissance, en se mettant en phase avec la marche du monde, parce qu’elle prendra à-bras-le corps, la question du Marché et de l’économie globalisée. La Francophonie va ainsi devenir, une organisation « sociale totale » pour parler comme l’anthropologue Marcel Mauss. Parce qu’elle, la Francophonie, aura désormais un agenda à la fois Culturel, Linguistique, Politique, Sécuritaire mais surtout Economique.

C’est aussi tout l’enjeu de ce sommet de Dakar, du 29 au 30 Novembre 2014 dont le défi (de la Francophonie), sera éminemment économique. Le modèle anglo-saxon a très tôt compris que pour dominer le monde dans la durée et dans la perspective, il faut aussi investir dans les deux ‘’E’’: l’Economie (le Marché et la Monnaie) et les Ecrans (l’Information et la Communication).
Seulement, là où la Francophonie (issue du modèle gréco-germano-latin) est en avance sur le modèle anglo-saxon, c’est au niveau de sa fondation et de sa structuration, parce qu’en termes de dissémination, les forces sont en égalité car le français et l’anglais sont les deux seules langues au monde qui sont parlées sur les cinq continents.
Au niveau de la fondation, l’avantage comparatif et distinctif de l’OIF sur le Commonwealth est le fait que la Francophonie est bâtie et construite sur une fondation solide: la Culture. Alors que le Commonwealth est bâti et construit sur une fondation mouvante: l’Economie de Marché, avec sa volatilité et ses dérives.

Au niveau de la structuration, la Francophonie est bien présente et vivante aussi bien au niveau des institutions culturelles qu’au niveau des institutions linguistiques, académiques, universitaires, environnementales, sportives etc… Ce qui fait que la Francophonie a déjà réglé et a déjà tissé le Lien. Elle lui reste à aller à la conquête du Bien. Et dans le nouveau business model géoéconomique (Economie des Services à la personne) en ligne de mire, il faudra tisser et nourrir le Lien pour accéder et conquérir le Bien.
Parce que la Culture précède l’Economie (de Marché), d’où tout l’intérêt et l’urgence pour la Francophonie, de s’insérer dans la Mondialisation en l’attaquant et en le rentrant du bon bout : l’Economie réelle (Economie agissante) plutôt que la Financiarisation de l’Economie (le Marché).

La séduisante candidature de Jean Claude de l’Estrac

Et pour cette mission commando pour la Francophonie, le profil du nouveau Secrétaire général sera déterminant et sera la clé de voûte. D’où, après une lecture lucide et une analyse dépassionnée et minutieuse, la plus pertinente, séduisante et porteuse d’espérance collective pour porter à bras-le-corps cette Renaissance tant voulue et attendue de la Francophonie, c’est la candidature de Jean Claude de l’Estrac.
La plus-value de la candidature du mauricien Jean Claude de l’Estrac, tient à la place qu’elle accorde à la dimension économique de la Francophonie. Surtout que Jean Claude de l’Estrac estime que la gestion réussie des diversités culturelles (mission première de l’OIF) est le préalable indispensable à la croissance économique et à l’emploi. Et l’Ile Maurice, nation multilinguistique, économie émergente et la plus compétitive en Afrique en 2014, en est un exemple patent. Mais aussi, l’Ile Maurice est un véritable ‘’laboratoire de la diversité’’.
Le projet de Jean Claude de l’Estrac pour la Francophonie, fait la part belle à l’Economie, tout en se proposant de consolider « le magistère d’influence » cultureM et politique de l’organisation, notamment par la création d’une Agence Francophone de Promotion de l’Industrialisation qui sera comme il le dit lui-même, «une arme de construction massive». Mais aussi, par la mise en place d’un Observatoire des Diversités Culturelles.

Ensuite, l’expérience mauricienne, celle du vivre ensemble et du développement économique, est de nature à inspirer et à mobiliser les Etats francophones d’Afrique autour du projet que propose Jean Claude de l’Estrac. L’expérience de l’Ile Maurice pourrait être une boussole pour toute la Francophonie, non seulement du point de vue de la gestion réussie des diversités culturelles, mais aussi, du développement économique. Les deux étant intimement liés.

Le gentleman agreement

L’OIF, c’est un peu à l’image du gentleman agreement passé entre Occidentaux s’agissant des institutions de Bretton Woods, qui veut que la Banque mondiale soit toujours présidée par un Américain et le FMI, par un Européen. Même si les Américains manœuvrent et veulent maintenant ‘’récupérer’’ le FMI. Depuis le sommet de la Francophonie à Hanoï (Vietnam) en 1997, un pacte tacite veut que l’Administrateur général de l’OIF soit un ressortissant du Nord et le Secrétaire Général de la Francophonie, un ressortissant du Sud. Et comme l’actuel Administrateur général de l’OIF, Michel Duhaime, est un Canadien et a vu son mandat renouvelé jusqu’en 2018, d’où toutes les chances de Jean Claude de l’Estrac, de devenir le successeur d’Abdou Diouf, à la tête de la Francophonie.

Siré SY
CEO Africa WorldWide Group
Géostratégie & Géoéconomie
Dakar- Casablanca

1 Commentaires pour cet article

  1. NGUYÊN HOÀNG BAO VIÊT Says:

    Sommet de la Francophonie à Dakar

    Écrivains et journalistes réduits au silence,
    ne les oublions pas

    Nous sommes tous conscients du danger que l’impunité pour les crimes contre les écrivains et les journalistes représente pour la liberté, la démocratie et la paix. Au Mexique, ce mois de novembre, chaque jour est le Jour des Morts. La récente tragédie des étudiants disparus nous rappelle que là-bas et partout ailleurs dans le monde, nos écrivains et journalistes deviennent des otages.
    Souvenons-nous que le 15 novembre, c’est la Journée de l’Ecrivain emprisonné, et le 23 novembre, la Journée contre l’Impunité. Nos écrivains et journalistes, porteurs de rêves et d’aventures, témoins des réalités humaines, ont été agressés, torturés, emprisonnés, portés disparus ou contraints à l’exil à cause de leurs écrits ou leurs paroles. Le Comité de PEN International des écrivains en prison a recensé plusieurs centaines de cas d’attaques pendant les 12 derniers mois. Des centaines de prisonniers croupissent dans les camps de travail forcé. Ultime forme de censure: tuer l’auteur dont les mots dérangent. Une trentaine d’assassinats ont été révélés:
    Désiré OUÉE (Côte d’Ivoire), Adel Mohsen HUSSEIN, Kawa Ahmed GERMYANI et Samira Saleh AL-NAIMI (Irak), Miguel Ángel GUZMÁN GARDUÑO, Jorge TORRES PALACIOS, Octavio ROJAS HERNÁNDEZ, Abdul Rasool KHATTAK, Irshad MASTOI, Víctor PÉREZ PÉREZ, Jesús Antonio GAMBOA URÍAS et María del Rosario FUENTES RUBIO (Mexique), Abrar TANOLI, Abdul Rasool KHATTAK, Irshad MASTOI et Nadeem HYDER (Pakistan), Rubylita GARCIA (Philippines), Sai REDDY (Inde), Suon CHAN (Cambodge), Kamol DUANGPHASUK (Thaïlande), Timur KUASHEV (Russie), Vyacheslav VEREMYI (Ukraine), Isaiah Diing Abraham Chan AWUOL (Soudan Sud), Hashem SHAABANI (Iran), Mo’az AL-KHALED (Syrie), Sardar AHMAD et Palwasha Tokhi MERANZAI (Afghanistan), Mayada ASHRAF (Egypte), Pablo MEDINA VELÁZQUEZ (Paraguay), Aung Kyaw NAING (Birmanie), Meftah BOUZID (Libye), Pedro PALM (Brésil).
    Célébrant ces événements de novembre, PEN International porte son regard sur 5 situations représentatives de la répression sans frontières: Gao YU, journaliste et professeur, disparue le 23 avril 2014 (Chine), Azimjon ASKAROV, journaliste ouzbèk, prison à perpétuité en juin 2010 (Kirghizistan), Mahvash SABET, poète et professeur, 20 ans de prison en juin 2010 (Iran), Dieudonné Enoh MEYOMESSE, poète, 7 ans de prison en décembre 2012 (Cameroun) et Nelson AGUILERA, écrivain et professeur, 30 mois de prison en novembre 2014 (Paraguay).
    En octobre dernier, le Congrès du PEN International à Bichkek, en Kirghizistan, a exprimé ses profondes inquiétudes face à la situation dégradante de la liberté d’expression et d’opinion en Russie, en Ukraine, à Cuba, au Mexique, en Chine, au Tibet, en Xinjiang, en Ethiopie, en Iran, en Turquie, au Honduras, en Syrie, en Corée du Nord, au Kirghizistan, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, en Azerbaidjan, en Erythrée et au Viet Nam.
    Dans ce dernier pays, plusieurs écrivains, journalistes, blogueurs, avocats et défenseurs des droits humains ont été condamnés à de lourdes peines de prison, suite à des procès inéquitables. Les plupart de ces prisonniers sont en très mauvaise santé. Les cas que nous trouvons particulièrement préoccupants comprennent, parmi tant d’autres :
    1.- Ho Thi Bich Khuong, blogueuse, défenseur des droits de l’homme et auteure d’un mémoire en prison, de poèmes satiriques et d’articles en ligne. Interviewée par une radio étrangère, elle a dénoncé les abus de pouvoir à l’encontre de paysannes pauvres. Elle a été arrêtée en décembre 2010 et condamnée en décembre 2011 à 5 ans de prison et 3 ans de détention probatoire, après avoir purgé deux peines de prison en 2005 et 2007. Elle avait auparavant été violemment agressée et soumise à de brèves détentions. En prison, elle a été torturée et sévèrement tabassée par des détenues de droit commun. D’autres agresseurs lui ont fracturé le bras gauche au cours de la détention précédant le jugement. Elle est tenue à l’isolement et en très mauvaise santé;
    2.- Ta Phong Tan, blogueuse prolifique, juriste, membre du Club des Journalistes Libres banni. Elle a été arrêtée en septembre 2011 et condamnée en septembre 2012 à 10 ans de prison et 3 ans de détention probatoire. Elle est l’auteure de plus de 700 articles sur la corruption, les abus de pouvoir, les confiscations arbitraires de terres et la maltraitance d’enfants. Ses écrits sur le blog ont été les plus lus dans de nombreux médias importants et de services de diffusion étrangers. Depuis 2008, elle a été brutalement harcelée et brièvement détenue bien des fois. Le 30 juillet 2012, sa mère est décédée après s’être immolée pour protester contre la détention arbitraire de sa fille. Elle se trouve en très mauvaise santé. Par ailleurs, le régime de Hanoi sans scrupules utilise des écrivains et journalistes emprisonnés comme monnaie d’échange. Contre la signature d’éventuels contrats lui permettant surtout d’acheter des armes de guerre jusque-là interdits. Il relâche les prisonniers de conscience malades, au compte-goutte et les contraint à l’exil à l’étranger immédiatement. Leurs peines sont suspendues mais non pas annulées.
    Exprimons donc notre indignation, écrivons notre solidarité avec les gens de plume et les professionnels de l’information contre l’ombre du menace, de la complicité et de la complaisance. Elevons notre voix, même brisée, pour allumer une bougie, si fragile soit-elle, contre la nuit glaciale de l’indifférence, du silence et de l’oubli.
    Nguyên Hoàng Bao Viêt
    Vice président du Centre Suisse Romand de PEN International
    (Comité des Ecrivains en Prison CODEP/WIPC)

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Les Editos

SITES AMIS