Classé dans | Société

VOYAGE AU ROYAUME D’OUSSOUYE : Les secrets du sacrement

Publié le 17 novembre 2014 par admin

Oussouye dans la Verte Casamance garde jalousement sa royauté comme une relique sacrée. Plongée dans les secrets de la cour du Roi, sa reine et ses pouvoirs.
ersonne ne connaît l’année exacte de la création du royaume d’Oussouye. Toutes les sources de l’histoire, notamment la tradition orale, sont muettes sur ce sujet. Au royaume d’Oussouye, les souvenirs commencent à partir du roi Sibilouane, grand-père de l’actuel Roi. Ce défunt Roi avait été intronisé en 1903 et avait succédé au Roi Sékhalébé déporté par les Blancs, à la fin de XIXème siècle. Le royaume d’Oussouye est fondé par la religion traditionnelle parce que c’est la seule partie du Sénégal où la tradition est conservée du point de vue culturel et religieux. Ainsi, le royaume d’Oussouye n’est pas un territoire qui a été conquis par un ancêtre qui l’a légué à ses descendants. Ici, la religion trouve son fondement dans la tradition.

Le choix du Roi

Le Roi d’Oussouye n’est ni choisi, ni élu. La décision portant sa désignation vient du fétiche dont personne n’ose remettre en cause son délibéré. C’est une décision irrévocable. Il est nommé à vie, n’a pas le droit de démissionner. Il est le serviteur de Dieu sur terre. C’est un système tout à fait différent des autres. Quand arrive le tour d’une famille de siéger au trône, la procédure consiste à faire des cérémonies, des cultes pour demander à Dieu et au « Bachine » d’indiquer la personne la plus apte à être roi. « L’indication se fait par rêve. Si plusieurs personnes déclarent, de façon concordante, que c’est untel qu’on a vu porter les habits du roi, cela signifie que c’est lui qui est choisi et c’est uniquement le staff, ceux qui sont aptes à sacrer le Roi », explique Alioune Diatta, un habitant du village. La communauté peut aussi s’adresser au fétiche pour indiquer la bonne personne. C’est le moment du sacrement. De tout temps des familles sont assignées à la fonction royale. «Seules les Diédhiou, Diabone, Diatta et Sambou siègent au trône », éclaire M. Diatta. Toutes les familles autochtones ne peuvent pas devenir Roi d’Oussouye. Seules les familles Diédhiou, Diabone, Diatta et Sambou sont aptes à siéger au trône.

Le Roi occupe une place prépondérante dans les rituels sociaux. Lors de l’initiation des enfants ou Ewangue en diola, tout commence par le Roi et tout se termine par lui. Durant ce rite, les jeunes en âge d’entrer au bois sacré subissent une formation afin de pouvoir intégrer le monde des adultes.

Les femmes du Roi

Les femmes devant porter la descendance du Roi sont minutieusement choisies. Elles viennent de familles bien précises. «La désignation se fait lors d’une cérémonie réunissant les membres du bois sacré. Ceux-ci sont guidés dans leur choix de la fille la plus apte à être reine par des esprits ». La rumeur colporte que le roi détient un balai qui peut se pointer sur n’importe quelle fille et celle-ci devient automatiquement sa femme. Une histoire démentie par un vieux assis à côté du Roi. Pour être reine, la tradition exige de la femme d’être porteuse de certaines qualités. «C’est à Dieu et aux esprits de choisir la meilleure des femmes », ajoute-t-il. Le roi a la possibilité d’avoir d’autres femmes, mais seule une choisie selon les normes préétablies par la tradition porte le titre de reine. Statut qu’elle conserve tout au long du mariage avec le roi. La coutume veut aussi qu’il n’y ait une seule reine dans une famille.

Régulateur social

Au royaume d’Oussouye, le pouvoir ne s’exerce pas de façon autoritaire avec un droit de vie et de mort sur ses sujets. Ici, le souverain veille seulement à la bonne observance des normes établies. Il ne force personne à agir de façon à contredire les règles établies. Le Roi joue plutôt un rôle de régulateur social. Il attire l’attention des gens sur les sanctions divines et des esprits lorsqu’ils enfreignent certaines règles. Dans la prise de décision, le Roi consulte tous les citoyens avant de prendre un arrêt définitif. Une démocratie citoyenne en miniature.

Mame Sokhna Dramé

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Les Editos

SITES AMIS