SOMMET DE MALABO SUR L’AGRICULTURE AFRICAINE : Agenda pour des actions concrètes

Quelle mobilisation au chevet de l’agriculture africaine les 26 et 27 juin à Malabo ! Pour cause : le continent vit le paradoxe de voir 60% de ses terres arables fertiles inutilisées, pendant que son agriculture, la principale source de revenus de plus de 60% de sa population, est incapable de nourrir 200 millions de personnes confrontées quotidiennement à une insécurité alimentaire chronique. Et ce 23ème sommet ordinaire de l’instance panafricaine n’a pu que constater les insuffisances et appeler à plus de volontarisme pour la mise en œuvre du PDAA adopté en 2003 au Mozambique mais toujours à la traîne.

Assidu à tous les Sommets de l’UA depuis sa nomination, le Secrétaire général de l’Onu, le Coréen Ban Ki Moon, a exhorté les Africains à passer aux actions concrètes pour que la révolution agricole et industrielle attendue puisse se réaliser. Ban Ki Moon a préconisé d’exporter davantage de biens à valeur ajoutée, développer les marchés régionaux, éliminer les flux illicites de fonds, lutter contre les inégalités, améliorer l’accès à la protection sociale et aux services de base. Il a par ailleurs mis l’accent sur la nécessité d’être «solidaires pour faire face au défi du changement climatique» qui nécessitera, selon lui «des financements annuels de l’ordre d’un trillion de dollars (500 000 milliards de FCFA)… d’ici 2050 pour l’adaptation à ce phénomène». Alors que la BAD lançait, depuis Malabo, un fonds de 50 milliards de dollars américains au profit de la transformation économique africaine.

Une mobilisation exceptionnelle

Ils étaient presque tous à Malabo réunis autour du Président  équato-guinéen : les présidents Macky Sall du Sénégal et Mohamed Ould Abelaziz de Mauritanie, par ailleurs, Présidents en exercice respectivement du Comité d’orientation des Chefs d’Etat du Nepad et de l’Union africaine, Jacob Zuma d’Afrique du Sud ; le nouveau président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma ; le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon ; les directeurs généraux de la FAO et du FIDA, respectivement, José Graziano da Silva et Kanayo F. Nwanze ; le secrétaire exécutif de la CEA, Carlos Lopes ; avec comme invités spéciaux le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et le vice-président cubain, Salvador Valdes Mesa.

La veille du Sommet, rendant compte du Sommet de Dakar des 14 et 15 juin sur les infrastructures du PIDA, le Président Macky Sall avait salué «un moment fort de mobilisation des leaders, des organisations internationales  et du secteur privé pour coordonner leurs actions»  en vue de relever le défi du déficit infrastructurel dans les pays africains. Les Chefs d’Etat réunis à Malabo l’ont  félicité pour l’adoption de «« l’Agenda de Dakar pour l’action» qui marque selon eux «le passage de la phase de conceptualisation du Nepad à sa phase de mise en œuvre».


Jeunes et femmes, artisans de la transformation agricole

En vérité, depuis la déclaration des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA de 2003 à Maputo  (Mozambique), 40 des 54 pays membres de l’organisation panafricaine ont signé le pacte du Programme détaillé de développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA), tandis que 30 d’entre eux ont élaboré des plans nationaux d’investissement (PNIA) dans l’agriculture et la sécurité alimentaire, mais «peu de résultats concrets ont cependant été enregistrés». «Continent d’opportunités et d’avenir» comme on le décrit actuellement, l’Afrique est aussi celui des paradoxes. Sur l’agriculture, c’est d’abord le président mauritanien Mohamed Ould Abelaziz qui a planté le décor en  admettant que, pour le compte de l’année 2014, les résultats de la production agricole ont été insuffisants pour lutter contre la faim et la malnutrition». Tout en reconnaissant le rôle de la jeunesse et des femmes qu’il considère devant être «les principaux artisans de la transformation agricole».

Nkosazana Dlamini-Zuma pour la révolution agraire

Plus de dix ans donc après l’adoption du PDDAA en 2002,  les objectifs fixés semblent être restés lettre morte, alors que la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, était venue plaider pour le plan stratégique qu’elle avait proposé lors de sa nomination. En effet, à travers l’Agenda 2063 qui fixe le cap de l’évolution du continent au cours des 50 prochaines années, profitant des célébrations du 50e  anniversaire de la création de l’organisation panafricaine en 2013, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma avait appelé à une révolution agraire soutenue par la modernisation et la mécanisation de l’agriculture». Mais là où que le PDDAA s’est fixé comme objectif de porter la croissance du PIB agricole à un taux annuel moyen de 6%, sur la base de l’affectation d’au moins 10% des dépenses publiques nationales à ce secteur, jusqu’ici, «seuls neuf pays ont atteint ou dépassé l’objectif de 10% du budget, et neuf autres se situent entre 5 et 10%», selon des sources présentes au sommet de Malabo sur le thème «agriculture et sécurité alimentaire» (Afriqueinfos du 26 juin).

Autre  contradiction : «incapable de mobiliser des ressources domestiques au sein de ses Etats membres, l’UA mise sur ses partenariats avec le reste du monde», d’après l’agence de presse chinoise Xinhua, pendant  «que les participants au sommet de Malabo n’ont pu s’accorder sur «la possibilité d’instituer des mécanismes de financements innovants». En définitive, il est clair que pour éradiquer la famine et la pauvreté en milieu rural, il faudra augmenter la production et la productivité agricole, mais également développer des marchés agricoles, transformer localement les denrées agricoles, favoriser l’accès surtout des femmes et des jeunes à la terre et au capital ou encore assurer l’efficacité de la recherche, tel que l’a souligné la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini Zuma. Quant au  secrétaire général de l’ONU, il a salué l’initiative d’une conférence internationale sur le développement en juillet 2015 au siège de l’UA en Ethiopie.

Sources : Abidjan news.net 27 juin, Agence Xinhua, Aps, AfriqueInfos.net

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>