Osons le dire, oserons nous changer ?

L’idée fait son chemin et pourrait bientôt être déposée sur la table du chef de l’Etat. Il s’agit de permettre à chaque Sénégalais âgé de 14 à 25 ans de faire un stage d’un mois chez les militaires. Un stage de formation pour connaître et comprendre les valeurs de la République. Les Enfants de troupe qui cogitent autour de cette idée comptent ainsi encadrer la citoyenneté et lui donner plus de prégnance. C’est au sortir d’une audience avec le président Macky Sall que la réflexion a été entamée. Il s’agit de traduire ainsi l’appel du président de la République qui les a invités à l’accompagner pour le développement du pays. Le véritable chantier au Sénégal se trouve être dans la formation du citoyen. L’implication du Sénégalais dans la gestion du pays se traduit difficilement dans des actes qui impactent sur le développement de la Nation. La relation biaisée est flagrante et nous interpelle tous. Et l’Ethique se plaît-on souvent à dire ?

Le rapport des Sénégalais avec l’Ethique, Macky Sall l’a soulevé lors de l’audience avec les Enfants de troupe : « Les sénégalais aiment parler d’éthique, mais ils ne sont pas prêts à l’assumer et à le vivre, en un mot, à avoir un comportement éthique.” Un terrible constat et une vérité absolue. Malgré l’Education civique à l’école et au lycée pour ceux qui ont eu la chance d’y aller, l’armée ou la police, l’interrogation est larvée concernant la citoyenneté au Sénégal. Nos rapports avec le bien public, les faits de corruption et de concussion dénoncés régulièrement prouvent à satiété la déliquescence de la société sénégalaise. Au-delà des effets destructeurs de la gouvernance de l’ex-président Abdoulaye Wade, force est de constater que nos comportements coupables pourraient être qualifiés d’atavique, osons le dire. C’est une remise en cause profonde qu’il faut aux Sénégalais au niveau de toutes les sphères pour rééquilibrer la société. Et c’est en cela qu’une oreille profonde doit être accordée à ceux qui se battent pour que les vérités éclatent. Les codes d’honneur sont des lames de fonds qui ne doivent pas être perturbés pour la bonne marche d’une nation. Qui comprend l’amour de la patrie donnera son sang pour la protéger. Tout part de ce concept. Combien de Sénégalais le comprennent. Plus de 45% de la population sénégalaise à moins de 15 ans. Inculquer à cette frange les valeurs fondamentales de la République est une opération salutaire. C’est en cela que l’engagement des Enfants de troupe mérite d’être encouragé. Eux qui ont beaucoup reçu de la Nation connaissent le sens de la responsabilité, de l’engagement et du partage. Il est rare dans leur rang que l’on trouve de l’ivraie. Personne ne leur donne un chèque en blanc, mais la plupart d’entre eux ont le sens de l’Ethique.

L’Association des Enfants de troupe intégrera peut être dans sa réflexion, à l’image de la société civile, l’idée de réorienter le concept de bonne gouvernance pour être en phase avec l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique. Celle-ci considère qu’il faut reformuler le concept de bonne gouvernance en l’axant sur les valeurs traditionnelles et les réalités socioculturelles africaines. Le rapport de l’Inspection générale qui a été présenté au président de la République relève la question.

Oserons-nous changer ? Une remise en question presque totale est nécessaire pour que la société sénégalaise fasse un bond de qualité. Au-delà de la manifestation des Enfants de troupe, d’autres initiatives sont attendues pour que la bonne gouvernance innerve le Sénégal. Cela passe par de nouveaux paradigmes.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>