Non immixtion

Moustapha Cissé Lo peut être considéré comme un trublion mais l’homme est souvent bien informé et ne parle jamais au hasard. Quand il crache sur une mission qui aurait été confiée à Mahmouth Saleh pour des retrouvailles entre le président Macky Sall et Abdoulaye Wade, il mérite d’être bien écouté. Cissé Lo ne s’oppose pas à des retrouvailles mais il est convaincu que le président Sall n’a mandaté personne auprès de Abdoulaye Wade.

En voilà une grosse dissonance dans l’entourage du président de la République. La dimension des deux personnalités interpelle le citoyen lambda sur cette question des retrouvailles Wade-Macky. L’un est vice-président à l’Assemblée Nationale alors que l’autre est le Directeur de cabinet politique du chef de l’Etat. Cette affaire est « balancée » au moment où l’annonce est faite de baptiser l’aéroport de Diass, aéroport Abdoulaye Wade et de rendre enfin justice à feu Mamadou Dia. Car c’est le nom que portera le building administratif. Des annonces qui ont été bien accueillies par les Sénégalais, généralement friands de reconnaissance et de respectabilité.

Que Macky Sall ait, ou pas, demandé à son directeur de cabinet politique Mahmoud Saleh d’œuvrer pour des retrouvailles avec Abdoulaye Wade, l’impact communicationnel est positif. C’est tout bénéfice pour Macky Sall qui veut re-profiler un visage autre que celui d’un va-t-en guerre qui lui colle à la peau depuis son accession au pouvoir. L’affaire Karim Wade, la création de l’Ofnac et un discours aux accents guerriers sont passés par là. Vertu, transparence et justice sont le triptyque qui encadre la démarche du président de la République. De cette posture, il semble ne pas vouloir varier et c’est tant mieux pour le Sénégal.

C’est qu’en effet cette démarche de modélisation jure avec les pratiques de Abdoulaye Wade le président de la République sortant, qui voit ses collaborateurs dont son fils avoir maille à partir avec la justice. Macky Sall ne s’interposera point entre la justice et Abdoulaye Wade si ce dernier devait répondre de ses actes. Cette démarche mérite d’être bien encadrée et d’être bien accompagnée car elle s’inscrit dans la refondation de l’Etat. Re-normer l’Etat en s’appuyant sur des valeurs -le discours de l’imam de la grande mosquée de Dakar lors de la Tabaski- est la solution de sortie de crise du Sénégal.

Un communiqué venant de la présidence de la République et une sortie du ministère des Affaires Etrangères ont édifié les Sénégalais et l’opinion nationale et internationale de la position du Sénégal sur la présidentielle qui aura lieu au Burkina Faso. Le Sénégal ne soutient pas la candidature de Blaise Compaoré. Une autre sortie est à relever, c’est celle du ministre des Finances du Sénégal qui a indiqué que Makhtar Diop n’aura pas le soutien du Sénégal lors de l’élection du président de la Banque Africaine de Développement.
Le Sénégal ne se démarque pas de Blaise Compaoré en exprimant sa position sur la présidentielle qui aura lieu au Burkina Faso. C’est au nom du « sacro-saint principe de « non immixtion dans les affaires internes d’un Etat » que cette posture est adoptée. Blaise Compaoré et Macky Sall se supportent. Le président du Faso accepte difficilement le retour du Sénégal au premier plan en Afrique, alors que sous Abdoulaye Wade, lui Blaise était devenu le leader incontesté de l’espace CEDEAO. L’aura naissante de Macky Sall lui fait de l’ombre et Blaise le manifeste en essayant d’écarter le Sénégal du G5 Sahel ainsi que d’autres dossiers. Heureusement que la France veille au grain.

Macky 2012, la coalition originelle qui a porté Macky Sall, a lavé son linge sale en famille et se veut le porte-étendard de Macky Sall en vue de la présidentielle de 2017. Tous les leaders de cette coalition sont venus participer à la rencontre qui s’est tenue Samedi dernier. C’est une nouvelle dynamique qui est lancée pour mieux soutenir Macky Sall après une période de léthargie de cette coalition. Benno Bokk Yaakaar, la coalition des coalitions, prend le relais dans les prochains jours. Une rencontre au sortir de laquelle on sera édifié sur le portage de la candidature de Macky Sall en vue de la présidentielle de 2017. Tous ensembles vers cet objectif ou vers des déchirures et une recomposition… Wait and see.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>