Mouvement citoyen : La recette des nouveaux types de transhumants

Les mouvements citoyens offrent aux hommes politiques une voie de contournement pour transhumer vers le parti au pouvoir. Liste non exhaustive de ceux ont emprunté cette voie. Certains sont arrivés à destination, d’autres sont en route.

Abdou Fall

D’abord militant du RND, Abdou Fall a poursuivi sa carrière politique au Parti démocratique (PDS) où il intègre le comité directeur depuis 1998. Sous Abdoulaye Wade, il  a occupé les postes de ministre de la Santé, de député et vice–président à l’Assemblée nationale. A la perte du pouvoir en 2012, Abdou Fall met sur pied son mouvement social qui se rapproche de l’actuel homme fort. Son mouvement citoyen And Nawlé se définit comme une organisation de soutien à l’action du président de la République. Dans une interview, il déclare sans sourciller : «J’ai eu une audience avec le président de la République, Macky Sall, je lui ai dit que nous étions à sa disposition pour l’accompagner partout où on pensait être utile».

Me Ousmane Sèye

Avocat de l’Etat dans plusieurs procès, Me Ousmane Sèye a cheminé pendant de longues années avec l’opposant Abdoulaye Wade. Comme certains de ses frères libéraux, Me Ousmane Sèye a quitté le Pds après la défaite pour créer son «Alliance Bleue». Reçu récemment au palais, Me Sèye ne fait point mystère de sa volonté de répondre  à l’appel du président Macky Sall, qui veut un large rassemblement. Me Sèye a donné son approbation en attendant la concrétisation de cet appel.

Thierno Lô

L’actuel leader de l’Alliance pour la Paix et la démocratie (And Gëm Sà bopp) a fait du chemin avant d’arriver là. Militant de la Cdp/Garap Gui, Thierno a suivi son mentor dans la fusion avec le Pds. A la perte du pouvoir, il chemine avec Pape Diop dans Bokk Gis Gis, avant de frayer son propre chemin. Son mouvement social est transformé en parti politique. Mais, son discours clair-obscur en direction du régime dévoile au grand jour son souci ardent de rejoindre le camp au pouvoir.

Alioune Sow

Verbeux  à souhait, Alioune Sow maintient pourtant le flou sur ses retrouvailles avec Macky Sall. Mais, au moins une chose est claire, ses attaques contre Macky se sont adoucies pour faire place à un discours conciliant. Il a gelé ses activités au Pds pour créer le Mouvement patriotique pour le développement (MPD/Liggey).

Habib Sy

L’ancien directeur de cabinet de Me Wade, Habib Sy, s’est fait très discret  après la défaite de 2012. Il a créé son courant dénommé «Vision pour un Sénégal nouveau» en attendant de pouvoir tisser des relations sur le champ politique.

Sitor Ndour

Jusque-là membre de l’opposition, Sitor fait partie des premiers caciques libéraux à mettre sur pied son mouvement social dénommé Energie libérale pour une avancée nationale (ELAN). Stoïque, il attend son heure et prétend  que « tôt ou tard, le président Macky Sall va l’appeler à ses côtés».

Omar Guèye

Militant infatigable de Rewmi, Omar Guèye a fini par tourner casaque. Il a intégré le gouvernement sous la bannière Rewmi, à la faveur de la seconde alternance. Mais à l’épreuve de la gestion du pouvoir surviennent des divergences avec son leader Idrissa Seck. Quand son parti quitte la mouvance présidentielle, Omar Guèye choisit de rester dans le gouvernement. En perspective d’un prochain rapprochement avec l’Apr, il a emprunté la voie de contournement habituellement utilisée par les nouveaux types de transhumants : le mouvement citoyen. Le meeting de divorce avec Rewmi a célébré en même temps, la naissance du Vaste rassemblement pour le progrès (Vrp).

Pape Diouf

Son ex-frère de parti, Pape Diouf, a lui aussi adopté la même démarche. Il n’a pas voulu suivre son leader Idrissa Seck dans une autre équipée aventureuse. Pour mieux négocier avec «les partenaires» de l’Apr, Pape Diouf a lancé le Mouvement pour la défense de la République (MDR). Pari réussi, il demeure encore au gouvernement et compte raffermir ses liens avec l’Apr.

Penda Mbow

Les Sénégalais doivent cette nouvelle tendance au professeur Penda Mbow, initiatrice d’un «mouvement citoyen». Militante de la société civile, Penda Mbow s’est montrée très active dans les assises nationales. Constatant l’incapacité désespérante de l’opposition à trouver un candidat de transition,  elle postule furtivement à la candidature de Benno Alternative pour la présidentielle. Elle quitte cette structure pour rejoindre le candidat Moustapha Niasse. Après la victoire de Macky Sall, Penda fait une bifurcation en direction de la fondation Servir le Sénégal.

Malick Ndiaye

Le professeur Malick, lui, a choisi son «cercle des intellectuels» pour prendre part au jeu politique. Militant de gauche, le sociologue s’est rapproché d’Abdou Diouf avant de revenir à la société civile. Activiste, le professeur s’est toujours montré plus préoccupé par la politique que par ses cours à l’université. Pour corroborer cette réalité, un de ses anciens étudiants nouss apprend «qu’en 2004 l’unité de valeur (UV) en sociologie générale dont le Pr Ndiaye avait la charge, a été invalidée, faute de cours dispensés».

Demba Dia

Le rocker Demba Dia est entré en politique par son Mouvement pour l’Action et la Citoyenneté (Mac). Candidat malheureux à la mairie des Parcelles assainies, il change de casquette pour devenir l’un des souteneurs les plus acharnés du président Abdoulaye Wade. Suite à une audience au palais, il figure désormais parmi les fidayines de Macky Sall.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>