Look du chef de l’Etat : La discrète précampagne de Macky

Le camp présidentiel travaille d’arrache-pied à foudroyer l’électorat par le look 100 % séduction de Macky Sall. Une subtile façon de démarrer la Présidentielle de 2017.

Le palais mijote une habile stratégie électorale pour 2017 sans en donner l’air. Macky Sall, toujours sur son 31, active depuis quelque temps le levier de la séduction. Sa dernière sortie publique en témoigne. Face à ses alliés de Benno bokk yaakaar (Bby), le chef de l’Etat était dans une mise particulièrement bien recherchée. Il était drapé d’un somptueux boubou blanc frappé à la poitrine d’un savant design aux couleurs marron de son parti. Le bazin qu’il portait lors son récent séjour en Gambie est un superbe « djezner ». Plus à l’aise dans ces tenues traditionnelles, le chef de l’Etat ne manque pas de goût. Il ne lésine pas non plus sur ses mises. Les tissus aux reflets chatoyants qu’il arbore n’ont rien de gratuit. Macky est dans une discrète précampagne. Il est apparemment bien aidé en cela par un couturier débordant de talent et d’ingéniosité, qui sait insuffler l’opportune touche de fantaisie aux habits du président. Le poignet du boubou est millimétré, assorti de boutons-manchette dorés qui rehaussent le vêtement. Le géant mécanicien à la poitrine souillée d’huile de moteur peut faire des ravages. Tout comme une candidate à la dernière Présidentielle comme Diouma Dieng Diakhaté peut littéralement sombrer dans les suffrages en dépit de son charme foudroyant appuyé par une mise savante. Mais, engagé dans une bataille électorale où la séduction est une arme concluante, le chef de l’Etat est obligé d’étudier son look. Et de ne rien laisser au détail et à l’improvisation. Il faut faire craquer à tout prix et, partant, créer de la sympathie. Certes, dans ce domaine de l’élégance, Macky Sall est loin d’être à ses débuts. Premier ministre, il adorait les demi-saisons aux poches brodées qui ont fini par porter son nom. Mais depuis quelque temps, il se passe quelque chose de très sérieux dans le look du président de la République. Une sorte de fabrique d’image travaille d’arrache-pied, au palais, à embellir Macky Sall. Cette manufacture d’image semble conquise à la sagesse de Sacha Guitry pour qui, « la beauté n’est pas tout, mais elle permet de gagner du temps ». Le chef de l’Etat et son entourage en sont visiblement conscients : le look de leur « élément » est une carte maîtresse en direction de l’électorat et de l’opinion. D’ailleurs, c’est en jouant sur cette thématique que les infographes de la photo officielle du chef de l’Etat se sont attirés les foudres d’une partie de l’opinion, révoltée par l’excès de « charme » opéré sur l’image du président. Deux cibles de cet électorat sont, vraisemblablement, visées dans cette précampagne. Il s’agit des femmes et des jeunes.

L’option est loin d’être déraisonnable. Le dernier recensement général de la population a montré que les femmes étaient majoritaires avec 50, 1 %. La tranche d’âge comprise entre 17 et 18 ans représentait la moitié de la population. Ces catégories sont justement plus portées vers l’esthétique et sont les plus exposées à cette offensive de charme que le palais a fini d’élaborer. Macky ne fait pas trop de fixation sur la couleur. Il s’est même mis en bleu, couleur notoirement connue pour être celle du Parti démocratique sénégalais (Pds). Ce qui importe, c’est l’éclat. Par contre, pour déjouer la vigilance de l’opposition et dissimuler cette précampagne électorale, le camp présidentiel ouvre des fronts. Premier champ de bataille politique, la traque des biens mal acquis. Le Pds, principal parti visé, s’emploie à investir le palais de justice et, du coup, se démarque du terrain politique. Ses douze ans d’expérience du pouvoir auraient bien pu lui être utiles pour démonter le discours du pouvoir. Les libéraux n’en ont, hélas, pas le temps. Des ténors du Pds apparemment tétanisés ( ?) par la traque, comme Me Ousmane Ngom, se font de plus en plus discrets. Un autre sujet distrait l’opposition, il s’agit de ce référendum sur la réduction du mandat présidentiel. Les frères de Modou Diagne Fada, président du groupe parlementaire libéral, s’agrippent à cette échéance pour en faire une sorte de premier tour de 2017. En annonçant la tenue de ce référendum pour 2016 et probablement autour de la seule question du mandat, Macky Sall éloigne l’opposition des vraies questions de l’heure. Pendant ce temps, le camp présidentiel s’emploie à sculpter une image qui, à coup sûr, va captiver une bonne partie de l’électorat. La Présidentielle ne jouera pas uniquement sur ce terrain de la séduction. Une belle bagarre attend Macky sur le thème des réalisations. Il en est conscient, lui, qui va vite avec le PSE. Tout comme il sait bien que l’habit, comme dit l’adage, ne fait pas le moine. Mais quel politicien prendrait le risque de se présenter, en meeting, en costume froissé ? Aucun discours mielleux ne pourrait rattraper un tel désastre.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>