LIGUE 1 DE FOOTBALL EN DENTS DE SCIE : Le niveau en question

À dix journées de la fin, la Ligue 1 piétine encore. Aucune équipe ne se démarque du lot. Les équipes se tiennent de très près, de la première à la dernière place. Suspense ou manque de génie ? Ndoffène Fall décrypte l’inconstance des clubs.

Statu quo à la Ligue 1. A trois journées de la phase retour, 5 points séparent le premier, le Jaraaf de Dakar, du quatrième, le Port autonome de Dakar. En milieu de classement le coude-à-coude est encore plus stressant pour les équipes. Après 16 journées, rien n’est encore joué dans la course au titre. Cette situation témoigne-t-elle d’un niveau élevé ou relativement faible des équipes ?  Ndoffene Fall, manager général du Jaraaf et par ailleurs porte-parole de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), donne une note positive. «On doit plutôt parler de resserrement entre les équipes. Mais le niveau du football local est bon», assure-t-il. Ndoffene Fall trouve les matchs de Ligue 1 professionnelle de plus en plus plaisants. Ajouté à cela que de plus en plus des joueurs de la sous région s’expatrient au Sénégal. Ce qui n’a pour autant pas empêché de voir les clubs africains (Diambars Ligue des champions, Jaraaf Coupe de la Caf) de quitter la compétition dès le premier tour. «II faut attendre deux à trois ans avec des groupes constants pour que les équipes atteignent le niveau des grands clubs Africains», explique Ndoffene Fall. Le dirigeant de la Médina est conforté par ces propos du président de la Fsf, Me Augustin Senghor, tenus à l’issue de l’élimination des clubs sénégalais en Afrique. Il plaidait dans les colonnes de l’Observateur, la restructuration des clubs sénégalais : «Aujourd’hui, il faut repenser le football de nos clubs dans son ensemble. Il faut essayer de bâtir des clubs solides».

Depuis la professionnalisation, les champions ratent la défense de leur couronne. Diambars, le champion en titre, sixième au classement, est à huit points de l’actuel leader Jaraaf (30 pts). Mais, le club de la Médina n’est pas à l’abri de surprises. En atteste cette défaite enregistrée lors de la 11e journée face à Niary Tally.  Les Vert et Blanc ne totalisant que 30 points sur 48 points possibles, avaient perdu devant une équipe de Grand Dakar, au bas du tableau. Une inconstance qui donne des allures de «tout est possible». «Aujourd’hui, il suffit d’un ou deux faux pas pour se retrouver dans le ventre mous du classement», avertit Ndoffene Fall.

Sur les talons du leader, l’AS Pikine et Ouakam restent à l’affût. Déjà, se dessine un  chassé-croisé entre Pikine et Jaraaf. Dans cette ambiance délétère, le choc de la 18ème journée entre Pikine et Jaraaf sera déterminant. Crucial, même, dans la lutte pour le titre. L’éventuel bénéficiaire de ce choc, Ouakam, se déplace à Saly. L’Uso a même une belle opportunité de prendre les commandes du championnat, en cas de victoire. La bataille sera sans merci sur le haut du tableau. Dans la seconde moitié du tableau général, les équipes se tiennent de près. De la sixième place (Diambars 22 points) à l’avant-dernière (Niarry tally 13ème- 16 points), les équipes se talonnent de près. 7 points les séparent de la Ligue2. D’où le vent d’espoir sifflant chez les moins bien classé. Pour les relégables, deux victoires suffisent pour se replacer. Se relancer. Les équipes qui montreront le plus d’ambition et de détermination peuvent se maintenir. A l’exception de Yeggo, presque  condamné à  la descente. Mais, le suspense continue en tête de peloton.

Les 14 équipes que compte le championnat, cette année, vont se livrer une bataille sans merci. Le dernier virage s’annonce palpitant. Toutefois, le nivellement est sujet à débat. Régression ou progression ? Pour Ndoffene Fall, c’est l’amélioration des infrastructures sportives qui réduit les écarts entre les équipes. «Les équipes s’entraînent sur des aires de jeu assez acceptables. Cet aplanissement des disparités a abouti à un nivellement du championnat. Les joueurs repoussent de plus en plus les limites», déclare le porte-parole de la FSF. Une thèse loin de faire l’unanimité. Interrogé sur les raisons de l’échec des clubs sénégalais en Afrique, Me Senghor disait : «Les conditions d’entraînement sur des terrains sablonneux ne permettent pas à nos joueurs de maîtriser le travail de finition au plan technique».

Une couronne maudite ?

La situation de Diambars FC peut être qualifiée de pathétique. Le champion sortant, le Diambars de Saly, fait sans nul doute la pire saison depuis son arrivée en ligue 1 professionnelle. Ainsi, Le champion du Sénégal 2013 suit les traces de La Linguère (2009), du Jaraaf (2010), de l’US Ouakam, (2011) et du Casa-sport (2012). Ce qui confirme un manque de constance des équipes du championnat sénégalais. De là à se demander si le titre de champion du Sénégal n’est pas maudit, il n’y a qu’un pas à franchir. Le porte-parole de la fédé explique cette évolution en dents de scie des clubs par l’instabilité des effectifs. «Diambars a perdu ses meilleurs éléments et il faut un temps d’acclimatation pour les nouveaux arrivants. Comme ce fut le cas avant lui pour le Jaraaf en 2011 et du casa-sport, ils ont été moins performants la saison suivant le sacre», constate t’il.

Ces départs affaiblissent à chaque fois les équipes. Et elles doivent reconstruire un nouveau groupe. «Il faut du temps pour que la mayonnaise prenne», informe Ndoffene Fall. Cependant, le club de Saly, réputé pour son organisation, est habitué à perdre chaque année des éléments-clé de son dispositif, du fait de sa vocation de centre de formation. Cette saison, après 16 journées, le fauteuil semble désormais inaccessible pour Diambars.

Ndoffene Fall plaide par la même occasion pour un soutien de l’État aux clubs. L’amélioration des conditions des joueurs peut aider à les maintenir au Sénégal. «Les clubs ont besoin de moyens pour mûrir leur projet et c’est le football sénégalais qui va récolter les fruits de cet investissement. Le gouvernement gabonais, lui, a mis près de 50 milliards de francs Cfa pour lancer le professionnalisme».

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>