Ingénieur qui exerce à la direction des projets et programme (Dpp) à l’Agence nationale des énergies renouvelables, Oumar Ndiaye a éclairé sur la tendance de l’utilisation des énergies renouvelables dans les foyers. Il présente également la portée de cette potentialité au Sénégal.

Comment analysez-vous l’utilisation des énergies renouvelables, principalement les panneaux photovoltaïques, chez la population sénégalaise?

On note une plus large utilisation des panneaux solaires chez la population sénégalaise par rapport aux autres types de système d’énergie renouvelable. Son utilisation dans les foyers sera un peu plus complexe car étant un nouveau dispositif qui n’est pas bien connu des sénégalais, par conséquent la maintenance de ce système constituera un problème majeur.

Pourquoi les panneaux photovoltaïques sont-elles les plus utilisées dans les foyers?

Les panneaux photovoltaïques sont plus utilisés dans les foyers parce que tout d’abord ils sont plus accessibles et ensuite ils sont plus faciles à manœuvrer. Les autres systèmes d’énergie renouvelables prennent en compte d’autres paramètres difficiles à retrouver dans les foyers.

Vu son coût, ce type d’énergie peut-il être accessible à toutes les couches sociales?

Il est évident, de nos jours, que toutes les couches sociales n’auront pas accès à ce type d’énergie. Cependant, dans le futur nous allons essayer de mettre en place des plans de financement en collaboration avec des institutions financières afin de permettre à tout un chacun de disposer de ces produits.

Les autres ressources renouvelables peuvent-elles être utilisées au même titre que les panneaux?

Les autres ressources renouvelables ne peuvent pas être utilisés au même titre que les panneaux du fait qu’ils sont méconnus des sénégalais et qu’ils prennent en compte d’autres paramètres qui ne sont pas adéquats pour les zones urbaines. Par exemple, il serait complexe et inadéquat d’installer un bio digesteur dans une maison située en zone urbaine.

Y a-t-il des entraves qui puissent freiner cette nouvelle impulsion c’est-à-dire le recours à ce type d’énergie?

Cette nouvelle impulsion d’énergie renouvelable peut être freinée par une mauvaise maintenance des systèmes déjà installés, une mauvaise politique énergétique ainsi que le coût d’acquisition de ces systèmes.