Le président de la République Macky Sall a procédé le 12 avril dernier au lancement des travaux de réhabilitation de grands axes routiers. Une initiative pour mettre fin au calvaire des populations. Les axes Passy-Sokone, Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib bénéficient ainsi du programme d’actions prioritaires (PAP) du Plan Sénégal émergent.
es travaux de réhabilitation de la Transcôtière africaine sur la section Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib d’une part et d’autre part de celle de Keur Waly Ndiaye-Passy-Sokone ont été lancés le 12 avril dernier à Nioro et à Passy par le président de la République, Macky Sall. Deux axes routiers à caractère stratégique. Ces projets s’inscrivent dans le Programme d’actions prioritaires (Pap 2014-2018) du Plan Sénégal émergent (Pse). Les travaux de réhabilitation de la Transcôtière africaine sur la section Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib dureront 18 mois. Le coût du projet est estimé à 22,5 milliards de FCFA dont les 4,8 milliards sont pris en charge par l’Etat du Sénégal. La grande partie du financement étant assurée par la Banque africaine de développement (Bad) à hauteur de 17,7 milliards de FCFA. L’axe s’étend sur 40 km. Selon le président, il est également prévu la construction 6 km de voiries urbaines à Nioro. Dans le cadre de la réalisation du second projet de réhabilitation de l’axe routier Keur Waly Ndiaye-Passy-Sokone, l’Ue a apporté un financement d’un montant global de 15 millions d’euros (soit 9.839.355.000 FCfa). Le délai d’exécution est 14 mois. Ces deux axes routiers en questions sont tellement défectueux.


TRONÇON DES CALVAIRES

Les usagers qualifient la voie Nioro-Keur Ayib (25 km) de véritable chemin de croix. Pour parcourir cette courte distance de la RN4, il faut passer plus de 1 h de temps de difficultés sur la voie avant de rejoindre la Gambie. Les transporteurs et les usagers ont toutes les peines du monde à rallier le pays de Jammeh, à cause de son état de dégradation très avancée. De grandes crevasses et des nids de poule tapissent cette route inter Etat Dakar-Banjul qui passe par Dinguiraye, Nioro, Keur Ayib. Ce qui rend la tâche très difficile aux transporteurs et aux usagers. C’est non seulement une grande souffrance, mais aussi un véritable chemin de croix pour les populations. Il suffit d’emprunter cet axe pour constater de visu le calvaire que vivent au quotidien ces voyageurs vers la Gambie ou la Casamance.

STRATEGIQUE

Le projet Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib a une vocation socio-économique. « Ces infrastructures du Pse permettent de bâtir un réseau d’échanges structuré pour un développement plus équilibré du territoire et favoriser l’émergence de pôles d’activités économiques, agropastorales, minières, touristiques et halieutiques ; renforcer l’attractivité et la compétitivité de l’économie nationale, en la connectant aux corridors du marché ; et de maintenir un niveau de service adapté à l’intensification des échanges », a dit Macky Sall qui s’exprimait lors du lancement des travaux de réhabilitation de la route. C’est la raison pour laquelle, a-t-il précisé, ce projet revêt une importance particulière. « Il porte sur une section qui est à la jonction de corridors indispensables aux échanges économiques entre le Sénégal et les pays voisins », a déclaré le Président Sall. «Cette route constitue un levier essentiel pour l’amélioration des conditions de production de richesses, de circulation des personnes et des biens sur le corridor transgambien. Elle permettra également l’accroissement des échanges commerciaux aussi bien au Sénégal qu’avec les pays de la sous-région», a déclaré Abdoulaye Ba, maire de Nioro.

Ce tronçon, a-t-il ajouté, est une route de renforcement de l’intégration régionale et une véritable passerelle stratégique et économique entre les Etats de la Cedeao, notamment dans la partie du corridor qui s’étend de Dakar à Lagos. C’est pourquoi, a expliqué Mamadou Lamine Ndongo, représentant de la Banque africaine de développement (Bad), l’institution financière a fait le bon choix d’accompagner le gouvernement dans la réalisation de ce projet pour le bénéfice du Sénégal, mais aussi de la sous-région et au-delà. En effet, a-t-il estimé, la route Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib représente une liaison économique et stratégique entre le Nord et le Sud du Sénégal et de la Gambie sur la liaison transafricaine Dakar-Lagos. Elle constitue aussi, selon lui, de par sa localisation stratégique au sein du bassin arachidier, un axe important pour la collecte et l’évacuation des produits agricoles vers les grands centres commerciaux. «Son aménagement permettra donc d’assurer un niveau de service satisfaisant et de favoriser les échanges avec la région naturelle de la Casamance ainsi que les pays limitrophes tels que la Guinée Conakry, la Gambie et la Guinée Bissau », a poursuivi M. Ndongo.

VOYAGE AUX PEINES

Pour le président du Conseil départemental de Foundiougne, Moustapha Mbaye, cette transcôtière africaine représente un cordon ombilical entre le Sénégal et la Gambie par Karang. «Cette route, une fois terminée, doperont considérablement le trafic et le flux de marchandises ainsi que les produits agricoles de toutes sortes», a poursuivi M. Mbaye, avant de rappeler que ledit axe routier n’a pas fait l’objet d’entretien depuis les années 80. Selon Joaquín González-Ducay, Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union européenne au Sénégal, l’importance du désenclavement interne et externe du Sénégal, mis en exergue par le Pse, s’illustre parfaitement sur cet axe routier de 25km. « Depuis 1960 à nos jours, l’Ue a financé près de 2100 km de routes au Sénégal », a dit le diplomate.

Ces chantiers, une fois achevés, a indiqué Macky Sall, donneront une impulsion nouvelle à notre dynamique de développement progressif d’infrastructures de connexion et de désenclavement à travers l’ensemble du territoire national.