Accueil du site > Edition > Editorial > Macky Sall, les marabouts et le patronat, un pacte sacré pour (...)

Macky Sall, les marabouts et le patronat, un pacte sacré pour l’investissement

vendredi 28 décembre 2012

Macky Sall veut booster l’investissement car l’investissement est un élément essentiel de la croissance économique. Le président de la République veut créer de l’Emploi et donner du bonheur aux Sénégalais. Le président de la République, après 9 mois de gestion sait qu’il lui faudra aller vite pour répondre aux attentes de ceux qui l’ont élu. La semaine dernière, il a multiplié les sorties et les appels pour dire particulièrement au patronat et aux marabouts toutes ses attentes dans le secteur névralgique de l’investissement. Macky Sall s’adosse à son programme Yoonu yokkuté dont la pertinence n’a pas encore été remise en cause pour dessiner le Sénégal de ses rêves. L’agriculture est au cœur des préoccupations du président de la République qui a choisi samedi dernier, la tribune du forum du grand Magal de Touba pour lancer un vibrant appel aux marabouts à l’accompagner dans son ambition de faire de l’agriculture, la priorité des priorités au Sénégal. Les marabouts jouent un rôle de premier plan en ayant investi dès les premières heures de l’indépendance du Sénégal le créneau de l’agro-business. Le président de la République a promis de les accompagner en mettant l’accent sur la modernisation.

A la vérité, l’équation majeure des Sénégalais qui veulent investir dans le créneau de l’agro-business est le niveau extrêmement important des taux bancaires. C’est sur ce levier que l’Etat doit agir s’il veut offrir des opportunités au monde rural. Combien de GIE de jeunes, d’hommes et de femmes sont en léthargie faute de pouvoir accéder au financement. Une réflexion profonde doit être menée à ce niveau pour libérer toutes les énergies en latence. Autant les marabouts sont des investisseurs qui méritent que l’Etat fasse plus et mieux en leur direction, autant les Sénégalais lambda regroupés dans des cadres associatifs attendent des nouvelles autorités de la République, une rupture dans le mode de gestion. Les taux qui leur sont appliqués par les institutions de crédit ne collent pas avec la vision du chef de l’Etat.

Le Patronat sénégalais également attend de nouvelles orientations de la part du premier Ministre Abdoul Mbaye. Entre la tenue du Conseil National du Patronat et le Conseil Présidentiel de l’Investissement, tous les diagnostics ont été faits par les parties concernées pour dire : et maintenant, prenons les bonnes décisions, l’heure n’est plus à la palabre. Une disposition bien sénégalaise malheureusement. L’action ne suit que rarement la réflexion au moment où les urgences attendent. Lors des assises du Patronat, le Premier ministre a souhaité qu’un mémorandum lui soit soumis pour un examen de l’ensemble des questions qui ont été vivement abordées par le président du Conseil National du Patronat, Baïdy Agne. Ce sont des réponses diligentes qui sont attendues car la litanie d’interpellations dénote un malaise entre l’Etat et le patronat. L’impôt sur les sociétés porté à 30%, les appels d’offres favorisant les entreprises étrangères alors que le tourisme qui va déjà mal risque d’aller à l’agonie à cause de la réciprocité sur les visas applicable à partir de juillet... La coupe semble pleine. L’Etat devra mettre en place des mécanismes efficaces pour revigorer aujourd’hui un patronat miné par une foultitude d’interrogations. L’ère Macky Sall va-t-elle ouvrir une nouvelle voie : celle de la réflexion-action ? Les Sénégalais l’espèrent car les engagements du président de la République ne pourront se réaliser que dans une telle dynamique. Investir au Sénégal demeure encore une sinécure malgré la mise en place de mécanismes de facilitation. Il y a encore un effort à faire à ce niveau et il s’agit de faire désormais très vite pour ne pas rater les belles opportunités qui s’offrent au Sénégal qui a plusieurs atouts dans sa manche.

Par Pape Amadou Fall

Publicité
  Dans la même Rubrique :
Macky Sall, les marabouts et le patronat, un pacte sacré pour l’investissement
Le Sénégal en larmes
Gouvernance sécuritaire de proximité
Touba, les politiques et les paysans
Le nouvel ordre

Réagir à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)