Accueil du site > Reportages > Trajectoire > Lucie de tous les combats

NDEYE LUCIE CISSÉ, SYNDICALISTE
Lucie de tous les combats

dimanche 21 juillet 2013

C’est une femme de défis, Ndèye Lucie Cissé. Syndicaliste, présidente des femmes du PIt, députée et récemment élue présidente du Conseil sénégalais des Femmes, elle se donne à fond pour être utile. trajectoire d’une battante.

Ndèye Lucie Cissé n’est pas du pour la première fois. On lui propose la Cissé, taille moyenne, voix agréable, a le commission Urbanisme, Transport et Habitat. Une commission difficile, convient- elle, qui demande beaucoup de disponibilité. C’est dans le tempérament de Lucie. Elle a toujours donné de son temps sans compter. Tenez, raconte-t-elle, « nous avons rencontré, hier, le Directeur Général de Dakar Dem Dikk qui nous a exposé les difficultés que sa structure rencontre. La société est déficitaire parce que devant répondre à une demande publique constante. La démographie de la région exige régulièrement l’ouverture de nouvelles lignes. Faire face à tout cela est un réel problème ». DDD consomme 100 mil- lions de FCFA de carburant par semaine, alors que ses recettes sont plombées. L’Etat qui fait face à de réelles difficultés, tarde à lui remettre la subvention. Des problèmes qu’elle veut résoudre avec les membres de sa commission. Les questions sont poignantes. C’est le cas du loyer : la demande sociale est très forte et exige une réflexion très pointue. Lucie Cissé indique : « il s’agit de ne pas léser non plus les propriétaires, qui sont, pour la plupart, des fonctionnaires ayant pris des engagements auprès des institutions financières et qu’il faut respecter. De l’autre côté, ce sont des centaines de milliers de ménages qui ploient sous le joug du loyer ». La juste mesure, c’est ce que recherche Lucie pour faire baisser le loyer.

DECONSTRUIRE L’IMAGE DU DEPUTE

La première année des nouveaux parlementaires a été riche en travaux. Pour elle, cependant, le combat est de déconstruire l’image du député égoïste et endormi, télé- guidé depuis le palais de la République, pour projeter celle du parlementaire qui n’a d’autre ambition que de servir son peuple. Quid alors des relations avec l’Exécutif ? Lucie rabâche : le travail du député est de contrôler l’Exécutif. Facile à dire, mais encore : « nous faisons ce que nous devons faire en tant que député de la coalition majoritaire ». Autre question majeure sur laquelle la commission Urbanisme, Habitat et Transport travaille, les inondations. Le problème est pris à bras-le-corps, mais tout ne peut se régler ici et maintenant. Cela va demander du temps ». Elle met le doigt là où cela fait mal. « Il faut repenser l’aménagement du territoire. On a laissé les gens s’installer n’importe comment ; maintenant, il faut que l’on fasse des sacrifices ».

« LUCIE CISSeE A DE LA CLASSE »

L’appréciation est de son amie Elisabeth Dieng, trésorière du Conseil sénégalais des Femmes. La cinquantaine épanouie, Lucie genre à faire dans la langue de bois. Elle dit les choses de manière crue, en ne tournant pas autour du pot. Comme la plupart des gens de gauche ? Oui certainement, car elle est la présidente des Femmes du PIT. Lucie, comme l’appellent ses amis, est par ailleurs présidente du Conseil sénégalais des Femmes et last but not list présidente de la Commission Urbanisme, Habitat et Transport de l’Assemblée nationale. Lucie Cissé concède aisément que cette commission est le mur de lamentations des Sénégalais. Les problèmes les plus aigus auxquels le peuple de Ndiadiane Ndiaye est confronté se situent dans ce triptyque : Transport, Urbanisme et Habitat. Trois casse-tête qui sont de véritables bombes sociales et qu’il urge de résoudre pour le bien-être des populations. « C’est notre combat à l’Assemblée Nationale, mais c’est aussi le combat du gouvernement, indique Lucie Cissé. Le peuple a élu Macky Sall parce qu’il fonde beaucoup d’espoirs sur lui. Mais les gens ne doivent pas être trop pressés.

Au passage, elle égratigne l’ancien régime : « Abdoulaye Wade ne nous a laissé que des problèmes. Sa gestion a été chaotique ». Une déclaration qui signe son inclinaison. Elle est pour la justice sociale. Elle a rejoint le Sudes (Syndicat unique des enseignants) dès qu’elle a obtenu son diplôme de professeur de lettres. Elle a ensuite été de tous les combats. Voir une minorité dominer le reste du peuple avec des comportements dignes des caciques de l’ancien régime, l’a toujours ulcérée. C’est en 1986 qu’elle prend la carte du PIT, le parti de Amath Dansokho. C’est le dis- cours de Dansokho qui l’a séduit, car elle s’était intéressée à d’autres partis de Gauche tels que la LD et AJ. Elle devient le n°1 chez les femmes, car son militantisme et sa générosité sont vite reconnus. En 2008, elle est présente au niveau du conclave de l’opposition et de la société civile, dénommé « les assises nationales ». Elle fait partie des personnalités actives au sein du Comité de Pilotage de Dakar des « assises ». C’est avec passion qu’elle participe aux travaux. Les résultats la comblent. L’un des buts des « Assises » était de conscientiser le peuple sur les dérives du régime de Abdoulaye Wade. C’est une réussite, avec une victoire de l’opposition aux élections locales de 2009 ; mais surtout le départ de Abdoulaye Wade du pouvoir, en 2012. Lucie Cissé a eu le bonheur d’être la coordonnatrice de Benno Siggil Senegaal. L’alternance alternée, c’est le nirvana pour elle. Le chemin de croix des Sénégalais arrive à son terme, espère-elle.

Dans ce contexte, les élections législatives de 2012 ne sont qu’une formalité pour la coalition qui a porté Macky Sall au pouvoir. Elle se retrouve à l’Assemblée nationale verbe facile. Et pour cause : elle est professeur de français, Madame la présidente, qui se targue d’avoir fait toutes ses humanités au Sénégal (bac à Dakar et licence en lettres modernes à l’Ucad) après avoir bourlingué avec son père fonctionnaire, médecin, dans plusieurs régions, pour finir par se stabiliser à Thiès, la ville rebelle. Elle analyse lucidement la marche de la coalition à laquelle elle appartient et qui est au pouvoir. Sa voix devient grave quand elle aborde les questions politiques. « Nous sommes une grande coalition. C’est un mouvement dynamique. Il est compréhensible qu’il y ait des soubre- sauts, particulièrement à l’approche des élections locales. Cependant, tient-elle à souligner, la coalition ne se disloquera pas. Elle ira ensemble aux élections. La dislocation va nous désavantager. Les Sénégalais ont élu Macky Sall parce qu’ils croient en cette coalition. Elle s’immisce dans ce que l’on peut qualifier d’« affaire Abdoul Mbaye, le Premier ministre ». Lucie Cissé affirme sans ambages : voilà un homme qui fait bien son travail et qui mérite toute la confiance du président de la République. Abdoul Mbaye sait où il va. C’est de la même manière qu’elle se pro- nonce sur la Commission de réformes des Institutions, que dirige Amadou Makhtar Mbow. « C’est un faux débat, un mauvais procès. Mbow n’est pas n’importe qui. Il faut lui faire confiance ». Autre préoccupation pour Dame Lucie, le mandat du président de l’Assemblée : « Avant toute considération, il faut attendre les conclusions de la commission de réformes des Institutions, tranche-elle. Ma conviction est qu’il faut stabiliser l’Institution, dans l’intérêt de tous, en ce moment, y compris celui du Président de l’Assemblée nationale ».

Elle a été élue présidente du Conseil Sénégal des Femmes en avril dernier, par acclamation, après un rude combat, car certains membres considéraient qu’elle n’avait rien réalisé avec l’antenne de Dakar qu’elle dirigeait. Son enfant est décédé quelques mois avant son élection comme présidente nationale du COSEF. Ce deuil, elle le porte encore avec beau- coup de dignité. Elle l’a enfoui au tréfonds d’elle-même, pour se pencher sur ses challenges. « Nous avons trois ans pour apporter plus et mieux aux femmes sénégalaises. Il nous faut consolider l’acquis de la parité. Il nous faut améliorer le sort de la femme rurale. C’est un énorme chantier pour un unique mandat de trois ans ». Ndèye Lucie Cissé femme de défis ? Certes oui !

Pape Amadou FALL

Publicité
  Dans la même Rubrique :
Le Hendrix des droits humains
Lucie de tous les combats
Un homme au service d’Allah
La bienfaitrice !
Top innovation

Réagir à cet article

1 Message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)