Accueil du site > Actualités > Sport > Le Sénégal, une équipe bancale

JEU DES LIONS A LA LOUPE
Le Sénégal, une équipe bancale

mardi 7 juin 2011

Trois victoires et un nul avec une équipe bancale, les Lions sont sur la voie royale malgré tout dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2012. Des améliorations cependant sont attendues dans le coaching pour donner plus d’équilibre au jeu sénégalais. C’est l’immense chantier de Amara Traoré.

L’euphorie d’une quasi qualification à la Can 2012 ne doit guère occulter les faiblesses congénitales de l’équipe nationale de football du Sénégal. Les Lions ont de grosses lacunes et disons le tout net parce que l’entraîneur national s’entête à déséquilibrer ses différentes lignes. Amara Traoré est sous le joug de ses individualités offensives qui cartonnent dans les championnats européens. Trop de richesses pourrait nuire à l’équipe avertissait Claude le Roy l’ancien coach du Sénégal de 1989 à 1992. La double confrontation Sénégal-Cameroun véritable révélateur des carences sénégalaises lui donne raison. Il urge de revoir le dispositif des Lions pour mieux se préparer aux chocs futurs. Le principal handicap du Sénégal se situe aujourd’hui dans son animation offensive. On ne fera pas l’injure à Amara Traoré de faire dans la faiblesse en n’osant pas faire les bons choix pour donner plus d’assise à ses différentes lignes. Un footballeur malgré son ta lent et ses dispositions doit être au service du collectif. Quel est le rôle confié à Mamadou Niang dans le jeu des lions ? Dans l’option de jouer un 4-4-2 qui a montré ses limites en tout cas dans la configuration qui nous a été proposée face aux Lions Indomptables du Cameroun, un grand d’Afrique. Même si le Sénégal n’a pris aucun but face à son prestigieux adversaire, force est de reconnaître que les Camerounais auraient pu nous fourguer une belle déculottée et personne n’aurait crié au scandale. La défense sénégalaise a été d’une porosité flagrante et heureusement que Bouna Coundoul était dans un bon jour mais surtout dame chance a accompagné les Lions de la Téranga.

Certains qualifieront les choix de Amara Traoré de courageux, d’intrépide. L’équilibre de l’équipe doit être le premier postulat dans les choix d’un entraîneur. Amara Traoré dispose aujourd’hui d’une dream team. Une denrée rare. Le potentiel du Sénégal au plan offensif est impressionnant avec Mamadou Niang, Papis Cissé, Dame Ndoye, Moussa Sow et Issiar Dia qui ont marqués plus de 80 buts dans les plus grands championnats européens. C’est impressionnant mais vouloir aligner presque tous ses garçons au départ d’une rencontre ressemble à une hérésie car l’animation de l’équipe en souffre face à des adversaires d’égale valeur que le Sénégal. Dans le contexte du match retour contre le Cameroun, le nul aurait suffi au Sénégal. L’on nous rétorquera certainement que les consignes données à la phalange offensive devait permettre aux Sénégalais de jouer compact et de profiter de chaque relance pour projeter les flèches que sont Issiar Dia et Moussa Sow tout en comptant sur l’adresse des artificiers Cissé et Niang.

90 minutes durant, nous n’avons pu voir cette option se développer. L’attaque sénégalaise a été pataude hormis quelques séquences de jeu particulièrement de la rencontre retour face au Cameroun et surtout le raid individuel de Issiar Dia lors du match-aller du 26 mars dernier qui a amené le but sénégalais. Le jeu sénégalais manque cruellement de liaison et de spontanéité. Certes, la valeur individuelle des attaquants ne saurait être remise en cause et c’est certainement cela qui frustre les puristes qui rêvent d’un Sénégal plus conquérant. La lueur d’espoir entrevue face à la RDC lors de la première journée des éliminatoires de Gabon-Guinée Equatoriale n’est pour l’heure qu’un feu de paille. La correction infligée aux Mauriciens n’a que le mérite de cacher le travail de fond attendu des entraîneurs. Au soir de la victoire face à la RDC, nous n’avions manqué de souligner les lacunes du Sénégal. Un coup de baguette magique certes ne saurait gommer l’effort attendu. La version du 4-2-4 offensive de Amara Traoré a montré ses limites car c’est dans la liaison milieu-attaque qu’elle pêche. Plus de volontarisme est en effet attendu des joueurs qui l’animent. Les défaillances individuelles relevées exposent trop souvent la défense qui est aux abois durant toute la partie. Certes la défense sénégalaise bien que régulièrement débordée face aux Camerounais n’a pas rompu mais à force de jouer avec le feu, les lions finiront un jour par se brûler.

Face à La RDC pour sa dernière sortie durant ces éliminatoires, Amara Traoré a l’occasion de montrer plus de lucidité dans ses choix pour se projeter dans un futur plus équilibré pour son équipe. La qualité du groupe Sénégal offre des options très larges. En faisant les justes choix, Amara Traoré peut certainement viser très loin avec cette génération talentueuse qui est à la recherche d’un véritable numéro 10. Mais il faudra faire gaffe au choix futurs sous peine de grosses désillusions.

Pape Amadou FALL


  Dans la même Rubrique :
Les défis d’Alain Weisz
« On n’est professionnel ni dans la gestion, ni dans l’organisation »
Si près du but, si loin de la qualité !
Le Sénégal, une équipe bancale
Rendez-vous avec le bonheur

Réagir à cet article

1 Message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)