Accueil du site > Actualités > Société > Coïncidence dangereuse avec l’entrée en 6ème

VOTE DU TICKET
Coïncidence dangereuse avec l’entrée en 6ème

mercredi 22 juin 2011

Le jeudi 23 juin prochain est une date fatidique au Sénégal. C’est le jour du vote de la loi instituant la Présidence et la Vice-présidence. Mais aussi, plus d’une centaine de milliers d’enfants vont subir les épreuves de l’entrée en 6 è. C’est alors un jour de trouble, voire d’hypothèque pour des innocents qui aspirent à franchir les portes du lycée.

Le jeudi 23 juin prochain est une date fatidique au Sénégal. C’est le jour du vote de la loi instituant la Présidence et la Vice-présidence. Mais aussi, plus d’une centaine de milliers d’enfants vont subir les épreuves de l’entrée en 6 è. C’est alors un jour de trouble, voire d’hypothèque pour des innocents qui aspirent à franchir les portes du lycée.

Les parents d’élèves auront le sommeil fragile dans la nuit dans de ce mercredi. Le jeudi 23 juin 2011, jour du concours de l’entrée en 6 è va coïncider avec celui du vote de la Loi instituant le Président et le vice Président à l’élection présidentielle de 2012. Jour solennel pour une centaine de milliers d’enfants, le jeudi risque d’être celui des confrontations à haut risque. Déjà, la société civile avec à sa tête la Raddho a convoqué une assemblée générale ce mercredi au centre Daniel Brothier. L’objectif déclaré est d’affiner la stratégie de riposte contre la loi et de battre le rappel de toutes les organisations et partis politiques hostiles au Ticket. Bennoo siggil senegaal a fini sa réunion de crise avec des associations de la société civile ce mardi. Rien n’a filtré sur leur plan de combat. Selon le quotidien Enquête, « l’opposition et Bennoo entendent concocter un plan de riposte contre le projet de loi ». Ces deux rencontres seront sans doute le point de ralliement de nombre d’associations émues par la volonté du pouvoir d’instituer le Ticket à quelque huit mois de la Présidentielle de 2012. Les premiers signes annonciateurs d’une journée chaude sont partis de l’interpellation ce lundi de manifestants dont le socialiste Barthélémy Dias. On lui reproche d’avoir participé à une manifestation de protestation improvisée par de jeunes opposants au projet gouvernemental de réforme institutionnelle. C’est tard dans la soirée que Dias a été relâché.

Selon l’Aps qui donne la nouvelle, « le leader des jeunesses du Parti socialiste a été interpelé sur Blaise Diagne alors qu’il était à bord de son 4x4, tandis que ses compagnons brandissaient des cartons rouges sur leur passage ». « Les protestataires ont surgi des artères jouxtant Sandaga, dans le centre-ville de Dakar, avant d’être dispersés par les policiers qui ont procédé à des interpellations », peut-on lire dans la dépêche de l’Aps. Hier, mardi, le député-maire de Saint-Louis, Cheikh Bamba Dièye s’est attaché aux grilles de l’Assemblée en signe de protestation. Ce sont les gendarmes qui l’ont détaché par la force en dépit de l’opposition de quelques-uns de ses partisans. Dans les état-major des partis politiques, le ton est devenu belliqueux. Le chargé des élections de la Ligue démocratique (Ld) a laissé entendre que les députés marcheront sur eux pour voter cette loi. Dans le camp du pouvoir, on s’acharne à montrer que le Ticket est une avancée démocratique. Face à la presse, hier, le ministre de la Communication Moustapha Guirassy a martelé que la loi met fin au débat sur la dévolution monarchique du pouvoir. Un argument qu’il partage avec le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye. Sans mettre de gants, le Pm a traité les acteurs de la société civile « d’hypocrites ». Veillée d’armes dans la classe politique et…chez les jeunes candidats à l’entrée en 6 è. « J’ai entendu à la radio que Abdoulaye Wade veut avoir à ses côtés un vice-président », lâche, candide cet élève d’une école des Parcelles assainies. Il sortait, hier, de l’ultime séance de révisions avec leur maître. L’idée que son examen soit perturbé, voire interrompu n’effleure pas l’esprit. Mais, l’avenir dont nombre de ces jeunes élèves rêvent est parti pour être hypothéqué le temps du vote d’une loi. Wade savait-il que ce jeudi est jour d’entrée en 6 è ? Sans doute, non. Tout comme son Premier ministre qui a annoncé à Kaolack, le week-end dernier que la loi est déjà sur la table de l’Assemblée nationale. La Cap 21 dont un des leaders les plus en vue est ba Der Thiam, ancien ministre de l’Education, s’est réunie hier. La rencontre était semble-t-il houleuse. Selon un chef de parti membre de cette structure qui soutient Wade, près de 45 formations politiques sur la cinquantaine que compte la Cap 21 se sont montrées hostiles au Ticket.

Mais, pas une seule fois, la coïncidence avec l’entrée en 6 è n’a été évoquée. Le député Thiam a pourtant laissé à l’organisation de ce concours une initiative toujours en vigueur. Il s’agit de démarrer les épreuves à 9 h pour éviter aux candidats d’arriver en retard. Au regard de la tension vive qui prévaut dans le pays, on peut craindre que les transports soient paralysés ou que les candidats soient pris dans l’étau des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants. « Aujourd’hui, Wade et son gouvernement ne pourront pas nier que les enfants importent peu pour eux », accuse, désarmé ce parent d’élève.

La Gazette.sn


  Dans la même Rubrique :
Un business cousu de fil blanc
Penda Mbow fêtée par la Fondation Konrad Adenauer
Lumière sur une « formidable escroquerie politique »
Bataille autour de 10 milliards
La stratégie du chaos

Réagir à cet article

2 Messages de forum

  • Chers concitoyens,

    Je suis particulièrement ulcéré par ce projet de loi qui n’a pour essence que la conservation du pouvoir par le régime actuel et sa dévolution inavouée à Monsieur Karim Wade. Tout le peuple sénégalais est interpellé face à ce projet dangereux pour notre République. Chaque sénégalais épris des valeurs républicaines devra s’y opposer avec tous les moyens à sa portée.

    J’invite vivement les chefs religieux et traditionnels à se prononcer ouvertement contre ce projet. Autrement, ils seront responsables autant que les députés qui voteront ce projet de loi des conséquences qui en découleront.

    Aux députés, l’occasion vous est offerte pour montrer à vos enfants, à votre entourage et à votre descendance que votre Liberté et votre Dignité n’ont pas de prix. Assumez vos responsabilités pour que vos noms soient inscrits en lettres d’or parmi les personnes ayant refusé le coup de force de Wade. Votre image d’homme de refus est plus importante que les fortes sommes d’argent que vous laisserez à votre vos enfants et à vos petits enfants. Ils seront meurtris et attristés à vie de savoir que vous les avez mis dans les meilleures conditions de vie au prix de votre soumission aveugle et irresponsable à un homme mu par ses propres intérêts au détriment de la stabilité de notre cher Pays.

    Chers sénégalais, il est urgent que nous prenions nos responsabilités pour en finir avec les dérives de Wade et sa famille avant qu’ils n’en finissent avec nous, comme le disait à juste titre Souleymane J. Diop.

    Moussa Sy

    Répondre à ce message

  • C’ est peut-etre pour demobiliser quand on sait que tous les instituteurs seront concernes et pris par cet examen national et que tous les parents vont se rendre tres tot dans les centres d’examen et vont y rester avec leurs enfants, ca peut faire moins de mobilisation. Je crois que c’est plutot calcule.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)