Accueil du site > Actualités > Sciences et Technologie > La nouvelle machine d’IBM qui défie l’esprit humain

WATSON
La nouvelle machine d’IBM qui défie l’esprit humain

mercredi 9 mars 2011

C’est désormais fait, un superordinateur vient d’écraser des champions américains de Jeopardy avec un score à faire pâlir n’importe quel concurrent : 77 147 dollars pour Watson, contre 24 000 et 21 600 pour ses deux adversaires humains. Comment l’ordinateur a-t-il fait ? Quelle est la part de la performance réelle ? Et surtout, à quoi ça sert ? Voici les explications d’une expérience inédite.

Un robot participe à un jeu télévisé. Jeopardy est un jeu américain créé en 1964 dont le principe est simple : le présentateur propose des phrases, qui sont des réponses à des questions inconnues. Aux candidats de retrouver la question correspondante. Et pour la première fois, Watson, le robot d’IBM, a participé. Et, comme prévu a gagné haut la main.

Après Deep Blue, Watson. Une institution américaine, le jeu télévisé Jeopardy, a accueilli pendant deux jours le dernier rejeton d’IBM, pour une semaine d’une compétition incongrue : un concours entre les deux plus grands champions du jeu aux Etats-Unis et un supercalculateur. Watson est un monstre de silicium tournant avec un système GNU-Linux sur une base de Power 7 d’IBM, équipé de 2 880 cœurs de calcul et de 15 téraoctets de RAM. Au deuxième jour de la compétition, il a littéralement laissé sur place les représentants de la race humaine.

En résumé, Watson regorge de millions de documents, y compris des dictionnaires, des anthologies, et une encyclopédie. Toute sa problématique est d’être capable de faire le tri dans ces données en temps réel. Ce qui représente quand même 200 millions de pages à traiter en quelques fractions de secondes.

LE RESULTAT DE QUATRE ANS DE RECHERCHE

Il a en effet été capable de répondre aux questions de l’animateur avec une précision et une vitesse diaboliques, sans laisser le moindre répit aux pauvres humains qui concouraient contre lui. Résultat : l’ordinateur d’IBM a fait un presque sans-faute. Il est devenu la première machine championne d’un jeu télévisé !

Ainsi, Watson vient de dépasser Deep Blue, le superordinateur d’IBM qui, en 1997, avait vaincu Gary Kasparov, champion russe incontesté, aux échecs. Deep Blue était composé alors de 32 processeurs qui calculaient et alimentaient simultanémment de leurs résultats 8 processeurs spécifiquement dédiés aux échecs.

La tâche n’était pourtant pas aisée. Watson est le résultat de quatre ans de recherche en intelligence artificielle et représente ce que Big Blue considère comme le prochain « grand challenge » de l’entreprise, son nouveau Deep Blue (l’ordinateur qui était parvenu à battre Garry Kasparov aux échecs en 1997)… Même si les deux machines n’ont pas grand-chose à voir : Watson utilise en effet une intelligence artificielle (IA) très différente de celle qui était à l’œuvre face au champion du monde d’échecs. Son but, selon IBM, est tout bonnement de « rivaliser avec la capacité de l’esprit humain à déterminer des réponses précises à des questions en langage naturel ». L’IA de Watson est en effet capable de répondre de façon compréhensible à des questions complexes en langage naturel. C’est un vieux rêve des chercheurs en intelligence artificielle qui prend forme. Au cœur des algorithmes qui animent la machine, il y a de la sémantique : par un travail d’association et de compréhension de mots et de concepts, Watson est capable d’interpréter une question et de déterminer ce qu’on lui demande. Pour cela, il utilise de grandes quantités de textes en langage naturel pour tenter de deviner le sujet de la question. L’équivalent, selon IBM, de 200 millions de pages de contenus. Notez au passage qu’à l’instar des concurrents humains Watson n’a aucun moyen d’accéder à Internet !

UN ORDINATEUR CAPABLE D’« APPRENDRE »

Après avoir étudié la question, l’ordinateur analyse les choix qui s’offrent à lui et formule la réponse la plus probable dans un anglais parfait, grâce à un module de synthèse vocale maison. Un travail de longue haleine a été nécessaire pour en arriver là : Watson a ainsi, pour « s’entraîner », effectué des centaines de parties de Jeopardy afin d’« apprendre » les subtilités du jeu.

Le calculateur n’est pas toujours sûr de lui : il peut alors s’abstenir de presser le buzzer pour répondre. Mais il apprend aussi des réponses faites au cours du jeu en analysant notamment la thématique du quiz. Pendant la partie, il s’est également plusieurs fois trompé. Son intelligence singulière a même été à l’origine de certaines situations cocasses. Comme pour cette question à laquelle il a répondu à côté, alors qu’un concurrent humain venait justement de donner la même réponse inexacte…

Il faut dire que, malgré les apparences, Watson ne peut pas entendre : les questions lui sont transmises au format texte au moment où les autres concurrents les voient. De même, il ne sait pas quand prendre la parole une fois qu’il a obtenu la réponse. C’est un opérateur qui décide de le faire parler. Le dernier match a eu lieu le 17 février dernier et le champion artificiel a remporté la partie haut la main… Ainsi que 1 million de dollars, qui seront reversés à des entreprises de charité.

Avec 01net.com


  Dans la même Rubrique :
Bientôt des téléphones à énergie solaire
La nouvelle machine d’IBM qui défie l’esprit humain
Global Voice empoche 11,4 milliards d’indemnités
Une protéine clé de l’immunité naturelle au virus du sida ?
Plaidoyer pour le déploiement du large bande

Réagir à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)