Accueil du site > Actualités > Economie > « Il n’y a pas d’autres traitements de la fistule en dehors de l’opération (...)

ENTRETIEN AVEC DR MAGUEYE GUEYE
« Il n’y a pas d’autres traitements de la fistule en dehors de l’opération chirurgicale »

dimanche 5 juin 2011

Chef du service urologique de l’hôpital grand Yoff, le Professeur Serigne Maguèye Guèye est une référence dans l’opération de la fistule. Il a traité des centaines de victimes et formé plusieurs agents de santé pour l’opération de la fistule. Dans cet entretien, il lève les tabous qui entourent cette maladie.

Concrètent, que signifie la fistule ?

La fistule se définit comme une communication anormale entre les voies urinaires de la femme, particulièrement la vessie et les voies génitales, spécialement le vagin, déterminant ce qu’on appelle une fistule vessico-vaginale. On parle de fistule urétro-vaginale lorsqu’il s’agit d’une communication entre l’uretère et le vagin. Il y a enfin, la fistule recto-vaginale quand il y a un trou entre le rectum et le vagin entrainant le passage des matières fécales dans le vagin.

Quelques sont les causes de la fistule ?

Les causes des fistules urogénitales sont pour l’essentiel d’origine obstétricale. C’est-à-dire qu’elles surviennent par une complication de l’accouchement. Lorsque la femme qui accouche n’a pas l’attention nécessaire et la surveillance qu’il faut pour déterminer les obstacles à la progression de l’enfant, on peut avoir une fistule obstétricale. Il peut y avoir d’autres types de fistules dites chirurgicales. Elles surviennent quand une femme a été opérée pour d’autres choses qui se compliquent pour déboucher sur une fistule uro-génitale.

Existe-il d’autres moyens de soigner la fistule en dehors de l’opération chirurgicale ?

La fistule est une condition chirurgicale. Il n’y a pas d’autres traitements en dehors de la chirurgie. Les médicaments, les talismans et autres remèdes médicinaux ne peuvent pas soigner la fistule. La fistule est une communication entre des organes et on ne peut qu’utiliser les tissus constituant ces organes pour réparer cette anomalie.

L’opération nécessite-t-elle beaucoup de moyens techniques ?

L’opération ne demande pas beaucoup de moyens techniques. On peut opérer certains types de fistules dans pratiquement tous les centres médicaux de ce pays dotés de bloc opératoire. Il n’y a absolument pas de moyens techniques spécifiques. Pour y parvenir, il suffit parfois de compétence qu’il faut. Par contre, il existe des fistules suffisamment graves pour justifier des techniques de reconstruction assez spécifiques, une technicité et des moyens particuliers qui n’existent que dans les hôpitaux de référence. Mais globalement la fistule obstétricale commune peut s’opérer partout sans moyens particuliers.

Existe-t-il des ressources humaines qualifiées à l’intérieur du pays pour opérer la fistule ?

Je pense qu’on peut répondre par oui et non à la fois. Parce que le Sénégal regorge de ressources humaines de qualité dans tous les domaines de la chirurgie. Notre pays est une référence dans la sous-région dans ce domaine. Lors des campagnes nous avons formé beaucoup d’urologues et de gynécologues à opérer certains types de fistules. Il s’agit maintenant de voir s’il y a des gens qui ont un intérêt à cette chirurgie assez gênante parfois. Car les femmes victimes de cette maladie sont le plus souvent extrêmement diminuées, portant des garnitures très imbibées et sentant des urines. Il faut vraiment aimer cette chirurgie pour le faire.

Combien d’intervention chirurgicale faut-il pour soigner cette maladie ?

Dans la plupart des cas, une seule intervention suffit parce que les fistules simples sont beaucoup plus fréquentes que celles compliquées. Mais, il peut arriver de reprendre une femme qui a été opérée tout simplement parce qu’il y a toujours une fistule résiduelle. Il y a aussi des femmes qui, malgré toutes les stratégies utilisées, ne guérissent pas, du fait de la gravité des lésions initiales ou des tentatives antérieures faites par des personnes non compétentes. Car à chaque fois qu’on procède à une opération qui ne réussit pas, on aggrave la fistule. Nous recevons parfois dans nos services ou rencontrons dans les zones où nous nous rendons pour opérer, ces types de cas. Ces interventions ratées peuvent même faire entrer ces malades dans la catégorie de ce qu’on appelle les incurables. Le cas échéant, il faut leur proposer des interventions palliatives pour dériver les urines dans d’autres parties du corps.

La femme guérie d’une fistule peut-elle avoir d’autres enfants ?

Tout dépend du suivi. Si la femme a une fistule et que ces organes de reproduction ne sont pas endommagés, il n’y a aucun raison qu’elle ne fasse pas des enfants. D’ailleurs ce sont des femmes qu’il faut particulièrement surveiller parce que les conditions qui avaient présidé à la création de la fistule sont peut-être encore présentes. Par conséquent nous proposons aux femmes guéries d’une fistule qu’elles bénéficient d’une césarienne prophylactique. C’est- à-dire, dés que l’enfant est viable, on procède à une césarienne sans attendre le travail.

Entretien réalisé par Baye Makébé SARR


  Dans la même Rubrique :
Abdoulaye Wade achète un terrain à 1,182 milliard
Pour une relative stabilité
Une attestation de complaisance
La Caisse des dépôts et Consignations se cherche
Performances douteuses et opacité

Réagir à cet article

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)