GRANDE MOBILISATION POUR ACCUEILLIR WADE : Pari réussi !

Des milliers de Sénégalais ont accueilli l’ex-président de la République  à son retour au pays. L’attente a été longue, mais les militants sont rentrés le cœur empli de joie. Retour sur une palpitante journée.

On se croirait à l’apogée du Sopi. Tant la foule était dense et compacte.  Ni la fatigue, ni la chaleur, encore moins la faim, n’ont entamé l’ardeur des sympathisants d’Abdoulaye  Wade massés devant la permanence. Vers minuit, l’ex-président arrive enfin au siège, bien escorté par une foule délirante scandant des slogans sarcastiques envers l’actuel régime. Il aura ainsi mis plus de trois heures à rejoindre le siège du Parti démocratique sénégalais (PDS), où l’attendait un monde fou : «Je vais faire une démonstration de force, en plein jour, pour que le régime cesse son entreprise de destruction nationale…», lance M. Wade sous un tonnerre d’applaudissements. Le tribun rompu dans l’art de  provoquer ses adversaires, décoche des flèches mortelles.  «S’il plaît à Dieu, je ferai un meeting pour leur montrer que nous allons nous attaquer à leur entreprise de destruction en cours au Sénégal», a-t-il déclaré en langue wolof devant un auditoire hystérique et totalement acquis à sa cause. Exultant tel un boxeur qui vient mettre Ko son adversaire, il invite le président Macky Sall à décoder son message. «Comment peut-on ignorer la volonté d’un peuple aussi mobilisé, la volonté de ces millions de gens ?», s’interroge-t-il. Le Pape du Sopi se félicite de la mobilisation qui dépasse, selon lui, le cadre du parti. «Je salue les hommes et les femmes, les jeunes et vieux ici mobilisés depuis le matin.

Beaucoup ne voulaient pas de cet accueil du peuple, certains ont tenté de m’en empêcher» a-t-il affirmé. Son escale à Casablanca (Maroc) prévue initialement pour ne durer que quelques heures, a finalement pris deux jours. Pendant ce temps, les deux camps se renvoyaient la responsabilité du désagrément. Les partisans de M. Wade accusent les autorités sénégalaises d’avoir  bloqué son appareil pour qu’il ne foule pas le sol de Dakar. Son arrivée, d’abord annoncée dans l’après-midi, n’a finalement eu lieu que tard dans la soirée à l’aéroport de Dakar. «J’ai compris depuis longtemps que Macky Sall ne veut pas que j’arrive de jour», déplore Abdoulaye Wade. Enrobant son discours d’accents populistes, M. Wade attaque son successeur sur des thèmes de préoccupation nationale. «J’ai senti à distance les souffrances du peuple. J’ai décidé de rentrer pour lui indiquer la voie.  Nous ne pouvons pas continuer à laisser le Sénégal se détériorer de cette façon. Je l’avais amené au seuil de l’émergence. La misère et les souffrances du peuple sont la principale raison de mon retour». Pour exacerber la colère du peuple en atteinte d’un  mieux-être, il rappelle : «Les bourses et aides sociales des étudiants ont été enlevées, les paysans se sont vus dépossédés des véhicules que je leur avais donnés, de même que les chefs religieux». Autre cause déclarée de son retour : «la chasse aux sorcières». L’ex-chef d’Etat déplore les poursuites engagées contre 25 personnalités de son ancien régime dans le cadre de la traque de biens mal acquis. «Ils ont arrêté Aïda Ndiongue, Ndèye Khady Guèye et Karim  J’avais laissé la démocratie en partant, mais ils sont revenus sur nos droits, comme le droit à la marche. En lieu et place, ils ont remis des lois en désuétude qu’Abdou Diouf avait rangées. C’est une erreur de leur part de les remettre et, sous peu, on va le leur montrer». Toujours fidèle à sa stratégie, Wade promet de rendre visite au différents Khalifes  et de continuer son combat. La bagarre s’annonce rude, pour les jours à venir.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>