Classé dans | Politique

Elhadj Ibrahima Mbow président de la commission relation publique de Macky 2012 : «On ne savait pas ce que le gouvernement faisait»

Publié le 11 novembre 2014 par Pape Amadou Fall

Elhadj Ibrahima Mbow est le président du parti Nouvelle citoyenneté et président de la commission Relation publique au sein de la coalition Macky 2012. Il nous éclaire sur la nouvelle dynamique au sein de leur coalition, au sortir du séminaire organisé samedi dernier.

La Gazette : Peut-on dire qu’il n’y a plus de nuage entre le président de la République et la coalition Macky 2012 au sortir du séminaire que vous avez organisé samedi dernier ?

Elhadj Ibrahima Mbow : En réalité il n’y a jamais eu de nuage entre Macky Sall et sa coalition d’origine. Là où nous avions des difficultés, c’est en notre sein. La coalition avait un problème de coordination, d’organisation et nous avions un manque d’information sur l’action gouvernementale. Après 2012 Benno Bok Yakkar a pris un tout petit peu le devant et Macky 2012 avait un problème d’organisation et de direction. Tout cela a été réglé. Nous avons organisé plusieurs rencontres et la dernière c’était hier (samedi) au King Fahd Palace où nous avons travaillé en profondeur sur la coalition. Le séminaire a été présidé par le Premier ministre à l’ouverture. Il est venu nous parler de son programme PSE et des réalisations du gouvernement. C’est le président de la République qui est venu clôturer en communiquant sur l’action gouvernementale et sur le projet de budget 2015. Tous les leaders de Macky 2012 étaient présents, sans exception. C’est dire que ceux qui avaient porté la candidature de la présidentielle 2012 sont venus motivés, déterminés à engager le combat. Maintenant, au niveau du gouvernement, nous avions un déficit d’information énorme. On ne savait pas ce que le gouvernement faisait, on ne voyait que les réalisations mais on ne comprenait pas toutes les démarches. Tout cela a été rétabli et je peux dire que, aujourd’hui, nous sommes armés, nous sommes outillés pour partager avec les populations. Les échanges avec le Premier ministre étaient fructueux et intéressants. Nous avons non seulement compris la vision mais aussi l’engagement et la détermination à faire une véritable rupture.

Macky 2012 va-t-il porter la candidature du président de la République en 2017 ?

Le président ne nous a pas demandé de porter sa candidature, c’est une évidence que Macky 2012 à elle seule ne peut pas porter la candidature de Macky Sall, il faudrait que ce soit Benno Bokk Yakkar et au-delà. Ce que le président nous a demandé c’est essentiellement deux choses : ouvrir la coalition Macky 2012 à d’autre forces qui veulent le soutenir mais c’est surtout demander à Macky 2012 d’être le levier politique qui va porter son combat. Porter son combat, c’est réduire les inégalités, c’est un combat pour réussir le PSE. Et aujourd’hui nous sommes vraiment outillés pour cela. Nous allons parler des différentes réalisations que nous allons porter, partager avec les populations. Nous allons vers une grande mouvance, une grande alliance. Macky 2012 va rester ce qu’elle est -je veux dire la semence fondatrice- et c’est une histoire, c’est tout un symbole.

Cela signifie-t-il que Macky 2012 est ouvert ?

Non seulement nous sommes ouverts, à preuve, l’ancien ministre Pape Diouf et son mouvement ont rejoint la dynamique ; mais d’autres forces vont arriver. La coalition Macky 2012 est ouverte. C’est une obligation pour réaliser notre ambition qui est de réélire Macky Sall. Il y a aujourd’hui beaucoup de partis politiques, beaucoup d’organisations, qui souhaitent accompagner le président, la coalition Macky 2012 doit être le réceptacle, le socle.

Alors, ceux-là qui vont arriver dans la dernière ligne droite de l’élection de 2017 ont leur place aujourd’hui dans la coalition Macky 2012 voire dans Benno Bok Yakkar ?

Ils sont les bienvenus dans la mouvance présidentielle. Les résultats de notre séminaire sont axés sur la validation du pacte de l’émergence ou de la charte de l’émergence. Tous les Sénégalais doivent s’approprier ce pacte qui est le projet social du président de la République.

Il reste que les choses pourraient ne pas être simples au sein de Benno Bokk Yaakaar. Des voix se sont élevées pour réclamer une direction politique unifiée, d’autres envisagent une dynamique beaucoup plus ouverte pour une démarche plus programmatique. Quelle lecture faites-vous de tout cela ?

La rencontre de samedi servait à préparer le séminaire de Benno Bokk Yaakar. L’objectif est simple. Nous voulons avoir une mouvance présidentielle large, maintenant nous disons non à une direction politique unifiée. Le seul objectif, c’est de permettre au président de la République de s’appuyer d’abord sur un levier fort, ouvert. La deuxième chose, c’est de porter sa candidature pas seulement pour une victoire au premier tour, ce que nous souhaitons. Ceci se fera avec Benno Bokk Yakkar et les autres forces qui vont arriver, c’est donc la grande alliance qui va porter la candidature du président.

Il reste que le processus de l’Acte 3 de la Décentralisation pourrait avoir un impact négatif dans la coalition Benno Bokk Yaakaar. Votre avis ?

L’acte 3 de la décentralisation est une véritable révolution, il est irréversible. Nous avons eu un processus inclusif de dialogue avec les élus locaux, les Ongs, et la société civile. Ils ont discuté, partagé et capitalisé les expériences précédentes pour en arriver à cet acte 3 de la décentralisation. Il faut rendre hommage, vraiment, au président de la République. L’ambition est de rétablir la justice sociale entre le l’urbain et le rural. Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ? La commune va prendre en charge son destin, les ressources vont être transférées, les compétences vont être transférées et les ressources avec. Que chaque commune soit développée et qu’on arrive à avoir des pôles régionaux de développement. L’acte 3 est une révolution. Et le PSE va conforter cela. Je ne dis pas qu’en deux mandats nous allons rétablir l’équilibre entre le rural et l’urbain, nous n’avons pas cette prétention ; mais au moins, nous allons poser les bases essentielles, les piliers fondateurs d’une plus grande égalité au niveau des territoires.

1 Commentaires pour cet article

  1. el hadj hamidou diallo Says:

    Dakar, le 15 novembre 2014
    A Son Excellence, Monsieur le Président
    de la République du Sénégal,
    Objet : Décrispez s’il vous plaît le paysage politique.
    Excellence
    Depuis que le PDS a pris la décision d’organiser son meeting et que le gouverneur ait sorti un arrêté interdisant toute manifestation dans Dakar, la tension est montée d’un cran. Une situation qui laisse entrevoir une confrontation inévitable entre libéraux et républicains.
    Cette situation m’intrigue et me fait penser que de graves menaces planent sur notre pays.et une longue série de troubles risque de débuter dans le pays de la Téranga, sans que personne ne puisse en prévoir la fin.
    Tous les pays de l’Afrique ont eu leur guerre civile. Sauf nous. Dieu merci !
    Et nous n’aurons pas notre guerre.
    S’il vous plaît arrêtez vos militants et que le fils parle à son père qui souffre énormément du fait que le frère en prison ne peut plus embrasser ses enfants orphelins.
    Nguir yallah lii daraa djarouko !
    Nous voulons la paix et rien que la paix.
    Alors, s’il vous plaît, pour l’amour de DIEU,
    donnez l’exemple en lui donnant la main.
    Excellence Sall, combien vous serez grand aux yeux de l’humanité toute entière quand au sommet de la Francophonie, à vos côtés, se tiendront vos deux prédécesseurs, le Président Abdoulaye Wade et le Président Abdou Diouf.
    Permettez à Karim Meissa Wade, Aida Ndiongue, Aziz DIOP et tous leurs frères de parti d’assister à leur procès en homme libre.Cela n’enlèvera en rien votre grandeur et vous réconfortera dans votre statut de démocrate
    Excellence Monsieur Sall, Excellence Monsieur le président de la République, vous détenez une signature au Sénégal que Seuls dominent Dieu et la constitution.
    Utilisez-la pour éclairer le cœur de vos compatriotes,

    Montrez nous votre générosité, votre grandeur d’âme et votre magnanimité.
    Eduqué dans le sens de la grandeur et de l’honneur, vous avez sûrement aussi le sens du pardon une vertu cardinale de toutes les religions confondues.
    Ne vous laissez donc pas distraire par de petits détails et concentrez vous à la concrétisation de cette lumineuse idée qu’est le PSE.

    A Son Excellence Monsieur .Omar Sarr Coordonnateur du PDS
    Objet : Lettre de demande d’intervention
    Excellence, Monsieur le Coordonnateur,
    Notre désir dans le cadre du renforcement de la démocratie au Sénégal est de voir sénégalais et sénégalaises se confronter pacifiquement dans des joutes politiques espaces de réflexions et d’idées plutôt que dans un espace de violences où le pays tout entier aura tout à perdre.
    C’est avec un grand espoir que nous avons soumis à son Excellence Monsieur le président de la république nos humbles propositions pour qu’opposition et pouvoir se confronte dans un espace régi par la paix pour le bonheur de tous les sénégalais.
    C’est dans ce cadre que nous venons respectueusement vous demander de bien vouloir user de votre immense influence sur votre secrétaire général et vos militants, pour que cette fête du Sénégal où près de 71 délégations seront présentes dans notre pays, soit aussi et surtout, une fête du PDS qui verra les Président Macky Sall et Abdou Diouf autour de leur frère et père, le président Abdoulaye Wade.
    La photographie de cette retrouvaille sera non seulement universellement commentée mais, elle restera éternellement dans les cœurs et les esprits des hommes.

    S’il vous plaît Monsieur le Coordonnateur, je connais personnellement votre grande capacité d’analyse et c’est pourquoi je vous demande de m’aider à faire accepter cette autre facette du sommet qui est donc en définitive, une extraordinaire opportunité pour le Sénégal de faire une inoubliable leçon de démocratie à l’humanité.
    Nous rentrerons ainsi dans l’histoire du renforcement de la démocratie dans le monde et, vous en serez un architecte.
    Veuillez agréer Excellence Monsieur le Coordonnateur, l’expression de ma plus haute considération.

    A Monsieur le Président Abdoulaye Wade,
    Objet : SUPPLICATION
    Excellence, Monsieur le Président,
    Par ce Sommet, une fois de plus encore, l’histoire, cette fois-ci de toute l’humanité ouvre grandement ses portes au Sénégal.
    Pas pour un président, mais pour nos trois PRESIDENTS : le Président Macky Sall, le Président Abdou Diouf et vous-même Président Abdoulaye Wade.
    Quel est le seul peuple dans le temps et l’espace qui a eu ou qui aura cette extraordinaire immense opportunité de réunir sur son sol, près de 71 Présidents en exercice autour de trois de ses fils ?
    Rien que les recettes des ventes de vos photographies et pendant cette décennie, permettront à de milliers de personnes de lutter contre la pauvreté.
    Dakar deviendra la capitale du monde et le siège de toutes les rencontres sur la DEMOCRATIE.

    Avec une telle attente, la libération de votre fils deviendra une demande mondiale.
    Excellence Monsieur le Président, Excellence Mon Professeur, plus que moi et de loin au-dessus de moi, vous saurez avec précision comparer l’avantage entre votre présence à un meeting à votre siège et votre présence au sommet de la francophonie : autour de vous, deux présidents du Sénégal et derrière vous, 71 présidents du monde.
    Veuillez agréer Excellence Monsieur le Président, l’expression de ma plus haute considération.

    A Monsieur le Président Abdou Diouf,
    Objet : Demande d’Intervention
    Excellence, Monsieur le Président,
    Par ce Sommet, une fois de plus encore, l’histoire, cette fois-ci de toute l’humanité ouvre grandement ses portes au Sénégal.
    Pas pour un président, mais pour nos trois PRESIDENTS : le Président Macky Sall, le Président Abdoulaye Wade et vous-même Président Abdou Diouf.
    Quel est le seul peuple dans le temps et l’espace qui a eu ou qui aura cette extraordinaire immense opportunité de réunir sur son sol, près de 71 Présidents en exercice autour de trois de ses fils ?
    Rien que les recettes des ventes de vos photographies et pendant cette décennie, permettront à de milliers de personnes de lutter contre la pauvreté.
    Dakar deviendra la capitale du monde et le siège de toutes les rencontres sur la DEMOCRATIE.

    Qui sera le principal architecte de cette réussite : le Président Abdou Diouf
    Excellence Monsieur le Président je viens respectueusement vous demander de bien vouloir intervenir auprès des Présidents Wade et Sall pour qu’ils comparent les avantages entre leur présence ensemble au sommet de la francophonie autour de vous (trois présidents du Sénégal devant 71 présidents du monde) où des sénégalais s’entretuant ce jour à immortaliser.
    Veuillez agréer Excellence Monsieur le Président, l’expression de ma plus haute considération.

    El Hadj Hamidou Diallo
    Président du Mouvement des Insuffisants Rénaux du Sénégal

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Les Editos

SITES AMIS