ELECTIONS LOCALES A ZIGUINCHOR : Baldé, «meilleur» fils de Wade

Abdoulaye Baldé appuyé par une coalition de 14 partis est passé haut la main face à Benoît Sambou et Doudou Kâ, rivaux irréductibles qui, faute d’entente, ont différé leur combat dans ce qu’ils ont appelé le « leadership pluriel », une alchimie sémantique qui les a tous les deux engloutis.   

Dans la lutte « à mort » pour succéder à Wade, Abdoulaye Baldé, maire sortant de Ziguinchor prend une sérieuse option. Baldé a certes quitté la maison du père, le Parti démocratique sénégalais (Pds) pour créer sa propre chapelle politique, l’Union des centristes du Sénégal (Ucs), mais son triomphe à Ziguinchor est tellement éclatant qu’il passe pour le meilleur fils de Wade. L’ex-ministre des Forces armées sous Wade a fait mieux que Modou Diagne Fada, vainqueur à Darou Mouhty, Omar Sarr, maître de Dagana et Aïda Mbodj patronne de Bambey. Baldé, appuyé par une coalition de 14 partis, a raflé la mise dans la commune de Ziguinchor et le département. «Mieux, si on rassemble les voix engrangées par Aly El Haydar, Robert Sagna et la coalition présidentielle, Baldé gagne», signale Ousmane Coly, militant de l’Apr. En 2009, il avait brutalement interrompu 24 ans de règne de l’indéracinable Robert Sagna. Aujourd’hui, il savoure une incroyable victoire alors qu’il faisait face à la mouvance présidentielle conduite par Benoît Sambou (ministre de la Jeunesse) et Doudou Kâ, administrateur du Fongip. Lui Baldé, pourchassé par la justice dans la traque des biens mal acquis, dépouillé de son immunité parlementaire et interdit de sortie du territoire national. Pourtant, à Ziguinchor, tous voyaient venir la déroute. ­­

Benoît et Doudou Kâ ont, en effet, joué au chat et à la souris jusqu’au jour fatidique du scrutin. « Personne ne savait qui des deux allait être maire de Ziguinchor », éclate Oumar Mané, enseignant dans la capitale du Sud. Engagés dans une irréductible bagarre de tendances pendant des mois, Benoît et Doudou Kâ se sont réconciliés in extremis. Subitement, deux « caïmans » se retrouvent dans le même marigot avec comme seuls alliés l’Afp et l’insignifiant Bcg. Et à la question de savoir qui allait être maire, ils ont différé leur combat sur le terrain sémantique. «C’est un leadership pluriel !», ont-ils clamé. Pire, chacun a déroulé un programme de maire. On les a vus rarement ensemble. La porte était suffisamment ouverte pour permettre à Baldé de crier à l’arnaque sur la marchandise et à alerter les populations. Un autre petit «meurtre» emportera Benoît Sambou et Doudou Kâ.

Série de «meurtres»

Les deux chefs de file de la coalition présidentielle, Benno Bokk yaakaar, avaient fait main basse sur toutes les têtes de liste. Comme deux larrons en foire, Benoît Sambou et Doudou Kâ, divisés jusqu’à la veille du vote, se sont au moins entendus pour contrôler les devants. Le ministre était tête de liste majoritaire de la commune et du département, Doudou Kâ avait les manettes à la proportionnelle à la commune et au département. L’image qu’on en donne à Ziguinchor est celle de deux individus assis chacun sur une chaise et les jambes détendues sur une autre, alors qu’il y en a qui se tiennent debout, faute de siège. Résultat ? Un responsable apériste comme Courfia Diawara, recteur de l’Université Assane Seck de Ziguinchor n’y a vu que du feu. Au chapitre genre des investitures, Benoît et Doudou Kâ ont misé sur Coumba Ndiaye et Innocence Ntap Ndiaye, deux ex-égéries libérales qui passaient pour des numéros deux. Voilà qui laissait dégouliner la colère de la journaliste Aminata Angélique Manga qui a fini par jeter l’éponge. Par contre, Ibrahima Cissé, coordonnateur du réseau des enseignants apristes s’est contenté de sa place de 17è suppléant sur la liste communale. Même désillusion pour Abdou Wahab Diatta, fondateur de la Convergence des jeunes pour la République (Cojer) dite « fédératrice ». Diatta a sûrement été sanctionné pour avoir voulu créer une sorte de troisième voie autonome face aux Cojer affiliées aux leaders.
Ce « meurtre » des investitures n’explique pas tout.

Tous deux résidents à Dakar, Benoît et Doudou Kâ ont décliné l’offre d’alliance de Robert Sagna, allié le plus puissant à Ziguinchor dont la contribution a été déterminante au 2è tour de la Présidentielle de 2012. L’ex-maire, sans doute un peu outrancier, a exigé 40 % à la mouvance présidentielle. Les deux têtes de liste de Bby ont rejeté la proposition et ont clamé pouvoir s’en tirer sans ce « chantage ». Comme arguments, ils ont estimé que la majorité a désormais changé de camp avec l’arrivée de Macky Sall aux affaires. Et qu’ils ont les moyens pour battre campagne et capturer le vote des Ziguinchorois. A l’arrivée, Doudou Kâ dont on dit, à tort ou à raison, qu’il n’a pas passé une seule nuit dans le département a perdu dans son propre quartier à Boucotte. Venu à Ziguinchor inaugurer l’Université Assane Seck Macky Sall avait averti : « Ne donnez pas à Baldé l’occasion de bomber le torse devant moi. Si vous perdez, ce n’est pas la peine de venir, restez à Bissau ! »

Pr Courfia Kéba Diawara, la 3è voie ?

La déroute du couple Benoît-Doudou Kâ projette les regards sur l’avenir. Face à Abdoulaye Baldé qui a fait mieux que Macky Sall en 2009, on agite la carte du professeur de chimie, Courfia Diawara, recteur de l’université Assane Seck. « Resté à l’écart de cette bagarre entre le ministre Benoît Sambou et Doudou Kâ, Diawara a cherché tout le temps du processus électoral à calmer les esprits et à fédérer les pôles du parti », témoigne le patron du Ble. Fort d’une base politique respectable, seul leader à tenir un meeting à Kandialan-Peul,  son tableau de bord a toujours été Macky Sall. Dans la recomposition du bloc présidentiel on cite aussi le jeune patron du Ble, Bassirou Sagna. Co-allié de Cheikh Tidiane Gadio à la dernière présidentielle, Sagna, alors M. Casamance de la Cap 21 a joué un grand rôle dans le débauchage de la quasi-totalité des leaders du sud qui ont cheminé avec Wade. Il est crédité d’une bonne proximité avec Baldé et pourrait jouer un bon rôle de lubrifiant pour Macky et Baldé. Si son leader Gadio lui en donne l’onction.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>