Gagner ou se compromettre ! A Monastir, les Lions militent pour le changement. Et le succès pour rester sur la note jouissive de la phase aller : sept points, deux victoires et un nul. Mais, la baisse de régime à Dakar notée à la clôture de la phase-aller sème le doute dans l’esprit du 12e Gaïndé. Sans grandes occasions de but, pas bons sur les balles arrêtées, les Lions ont été l’ombre d’eux-mêmes, ce 10 octobre et ont concédé le match nul (0-0). Le piège tunisien a fonctionné à merveille. Georges Leekens, entraîneur national de la Tunisie, n’a pas boudé son plaisir au coup de sifflet final : «C’est un bon point», sourit-il. Ce 15 octobre, les paris étaient ouverts pour les co-leaders de la poule G. Tunisie et Sénégal ont-ils des destins croisés ? Gagnant ou perdant, qualifié ou toujours en lice, quel numéro le Sénégal a-t-il tiré le 15 à Monastir ?

1- Gagner et s’échapper vers le Maroc

Alain Giresse ramène les trois points à Dakar. Il a réalisé le hold-up à Monastir. Les prières du gardien Bouna Coundoul, formulées le 10 octobre, sont exaucées. «Faut demander aux Sénégalais de croire en nous ! Nous allons leur donner satisfaction ». Ce vœu réalisé, le Sénégal ramène de Tunis les trois points de la victoire. La précision et l’animation offensive ont été au rendez-vous. Parce qu’ils n’ont pas osé reproduire le jeu fermé de Dakar. A Monastir, la Tunisie a ouvert le jeu. Et offert des boulevards aux Lions du Sénégal, toutes griffes dehors après le faux-pas de Dakar. Les Lions ont profité de ce que les Tunisiens s’étaient découverts, pour placer des contres et attaques avec ses flèches, Sadio Mané, Papiss Cissé ou Demba Bâ. Giresse a dû réanimer son jeu offensif et insuffler un grain de percussion à son secteur médian qui a brillé par un jeu à reculons à domicile.

Giresse qui est resté sur sa faim à Dakar est revenu avec le sourire. Fort de ses 10 points, le Sénégal valide sa qualification. A la bonne heure, les coéquipiers de Sadio Mané s’inscrivent dans la lignée des Bocandé, qui avaient ramené de Tunis sur la route d’Alger 90, les trois points qualificatifs. A Monastir, Alain Giresse signe la deuxième victoire des Lions en Tunisie et la quatrième victoire du Sénégal en 18 rencontres. Une performance non négligeable. Ouf, «Gigi» boucle son duel des leaders sur une note positive. Le déplacement au Caire se fera sans pression.

2- Perdre et s’éloigner de la tête : Si la Tunisie gagne chez lui, le Sénégal sera relégué à la seconde place. Les Lions enregistrent leur première défaite des éliminatoires de la Can 2015.
Jouer en Tunisie n’a pas toujours réussi aux Lions. Tunis ou Monastir, c’est inévitablement un chaudron. Une chasse-gardée pour les Aigles, qui s’envolent chez leur voisin marocain. Les Aigles ont réussi un pari gagnant : museler l’adversaire chez lui et lui arracher un nul en cassant le rythme, avant de l’achever à domicile. Les Aigles ont surfé sur les statistiques. Pour rappel, avant la 18e confrontation, les Tunisiens menaient au tableau des résultats. Autant en match amical ou en match officiel, la Tunisie a toujours pris le dessus sur le Sénégal. En 17 rencontres, la Tunisie, c’est 7 victoires, 7 nuls (y compris celui du 10 octobre) et 3 défaites.

Perdre à Monsatir, c’est se mettre en difficulté et hypothéquer ses chances de qualification. Mais, dans ce cas, les Lions ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes. A domicile, ils se sont laissés endormir par les Tunisiens. Le 10 octobre, tous ont été pris au piège. Certes, on peut avancer que le sort n’a pas été clément. Le groupe a connu une avalanche de blessés et de forfaits : Lamine Sané, Pape Ndiaye Souaré, Cheikhou Kouyaté, Mame Birame Diouf. La défense amputée de son noyau dur avec la sortie prématurée de Kara Mbodj avait déstabilisé et démobilisé le jeu de l’équipe. Le jeu offensif avait manqué de percussion et d’agressivité. Plutôt portés vers le bas, les Lions ont manqué de vision de jeu.

En novembre, ils devront se munir d’un nouveau mental, car la qualification se jouera entre le Caire et Dakar. Les Pharaons, blessés, seront dangereux dans ces ultimes journées. S’ils réussissent un carton plein avec le Botswana, ils seront crédités de 6 points et seront à une longueur des Lions. La qualification se joue jusqu’au bout comme le préconisait Giresse lors du tirage au sort.

3- Réaliser un nul et toujours en tête pour la qualification : C’est le moindre mal. Un nul comme à Dakar fera l’affaire du Sénégal, toujours leader du groupe et devant recevoir à la dernière journée, la lanterne rouge, Botswana. Avec 8 points et deux matches à jouer, les Lions pourront entamer la dernière étape de novembre en toute sérénité. D’autant qu’ils auront traversé la zone de turbulence avec intelligence. L’actuel groupe de Giresse est très juste. Son lot de joueurs blessés et ses forfaits de dernière minute laissent planer le doute. Il ne rassure point. Le remodelage du groupe a accouché d’un match nul sur tous les plans tactique et techniques. Son système 3-4-3 s’est mué en 4-4-2. Et le jeu est tourné vers le bas, la défense supporte le jeu des Lions et l’attaque presque reconstruite manque d’allant offensif. Vite, vite, supprimez ce match à Dakar des mémoires. C’est le seul moyen pour sortir la tête haute du groupe G.

Promis à une belle échappée vers le Maroc, en mi-septembre, octobre n’a pas été rose pour les Lions. le Sénégal a montré son plus mauvais visage depuis novembre 2013. L’équipe a enchaîné les erreurs. La peur et les doutes assaillent les supporters. Déjà, à Dakar, ils trainaient les pieds à la fin du match. Déçus et groggys, désillusionnés par la prestation de l’équipe qui commençait à retrouver un brin de culture gagnante depuis septembre. Un brin de renouveau et de renaissance. Hélas, Alain Giresse n’a pas encore cette équipe d’envergure africaine. Cette formation armée, apte à vaincre et à solutionner toutes équations. Il lui manque encore ce petit quelque chose qui fait la marque des grands. Le Sénégal de Giresse n’est pas encore prêt à endosser son manteau de favori. Novembre est un autre jour. C’est surtout l’heure de vérité pour qui veut jouer dans la cour des grands du football africain. En janvier, au Maroc. ­

Historique Sénégal / Tunisie

Sénégal / Tunisie 1-1 (21 avril 1963)
Sénégal / Tunisie 0-0 (CAN 1965)
Sénégal / Tunisie 0-2 (5 avril 1980)
Tunisie / Sénégal 1-0 (Éliminatoires CAN 82)
Sénégal / Tunisie 0-0 (Éliminatoires CAN 82)
Sénégal / Tunisie 1-0 (Jeux africains 87)
Sénégal / Tunisie 3-0 (Éliminatoires CAN 1990)
Tunisie / Sénégal 0-1 (Éliminatoires CAN 90)
Sénégal / Tunisie 0-0 (Éliminatoires CAN 1996)
Tunisie / Sénégal 4-0 (Éliminatoires CAN 1996)
Tunisie / Sénégal 2-0 (Amical, 26 mai 1996)
Tunisie / Sénégal 4-1 (Amical, 11 juin 2000)
Tunisie / Sénégal 0-0 (CAN 2002)
Tunisie / Sénégal 1-0 (Amical, 30 avril 2003)
Tunisie / Sénégal 1-0 (CAN 2004)
Tunisie / Sénégal 2-2 (CAN 2008)

Sénégal /Tunisie : 0-0 (10 octobre 2014)
7 victoires, 7 nuls, 3 défaites pour la Tunisie