Dangeureuse conjonction

Une conjonction dit le Larousse est la rencontre apparente de deux planètes dans une ligne droite. Il faut certes se méfier des apparences mais il semble que la conjonction Abdoulaye Wade- Idrissa Seck ne soit fortuite. Que les deux hommes aient choisi la même période pour revenir à Dakar ne sauraient être un signe du hasard. Alors conjecturons sur ce qui pourrait les amener autour d’une même table.

A - Le dossier Karim Wade.

Pour Abdoulaye Wade : sa présence à Dakar est fort justifiée car il veut sauver la tête de son fils Karim. Ce dernier sera jugé en juin prochain par la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Le procureur spécial Alioune Ndao qui a inculpé Karim Wade n’a pas ménagé sa peine pour rassembler les éléments nécessaires à charge contre le fils de l’ancien président de la République. Les retrouvailles de la famille libérale que prône Abdoulaye Wade bien avant qu’il ne quitte le pouvoir si elles s’opéraient devraient lui permettre de bien négocier la clémence pour son fils.

Pour Idrissa Seck : il y a d’abord pour lui dans cette affaire, l’occasion de brouiller l’image de Macky Sall. Le patron de Rewmi a trouvé son leitmotiv : Macky Sall doit être traqué pour enrichissement illicite. Jusqu’en 2017 au moins Idrissa Seck n’en démordra pas. Lui qui se considère comme l’actionnaire n°1 du PDS veut regagner la sympathie des militants libéraux et d’une partie de la population mécontente des petits pas du nouveau régime qui a accueilli Abdoulaye Wade. Idrissa Seck va-t-il conclure un nouveau protocole après celui de Rebeuss avec Abdoulaye Wade. Un protocole qui irait dans le sens d’offrir les restes du PDS au fils putatif. D’écarter Karim Wade de l’héritage du PDS. Entre les deux hommes, tout est possible. C’est un jeu de cache-cache à l’infini.

B - Une coalition pour les locales

Pour Abdoulaye Wade : Le PDS seul ne peut que capturer quelques collectivités locales lors des prochaines élections. Le nerf de la guerre manque car avec la traque des biens mal acquis, les dignitaires libéraux décaisseront difficilement de l’argent. Idrissa Seck pourrait être le bailleur de l’alliance qui pourrait être mise en place.

Pour Idrissa Seck : c’est une belle occasion pour avoir une mainmise sur les restes du PDS. L’enjeu est important au moment où Macky Sall accueille les transhumants du camp libéral. Il s’agit de freiner l’hémorragie au moment où la débandade s’installe. Celui qui pourrait être le véritable gagnant dans le retour de Abdoulaye Wade pourrait donc être Idrissa Seck. Malheureusement le chemin est loin d’être balisé pour lui car le PDS est aujourd’hui en lambeaux. Et les ambitions ne manquent pas au sein de ce parti pour freiner les appétits de Idy coupable d’avoir tué le père.

Cependant la conjonction Abdoulaye Wade-Idrissa Seck peut être grosse de dangers pour le Sénégal. Si Idrissa Seck n’est pas un va-t-en guerre à moins que l’homme est changé, Abdoulaye Wade, père désespéré et certains de ses proches eux nous ont déjà entraîné sur les chemins de la violence. L’affaire Me Sèye est encore présente dans la mémoire des Sénégalais.

Abdoulaye Wade expert en entourloupes,  est revenu au Sénégal avec le désir d’en découdre avec Macky Sall. L’homme  a laissé des traces indélébiles au Sénégal. Des maux, les pires, les Sénégalais les ont connus et certains les vivent encore dans leur chair. La mal gouvernance, la concussion, l’impunité. Peu respectueux des Sénégalais, Abdoulaye Wade en mal de popularité et nostalgique du pouvoir est prêt à défier le pouvoir de Macky Sall. L’opposant Wade a marché sur des cadavres pour accéder au pouvoir. Ce fut en 1994 avec la mort des policiers et en 1996 l’affaire Me Sèye. L’homme sait comment mettre la pression sur un pouvoir. Sur quel chemin va-t-il entraîner le Sénégal lors de son passage parce qu’il n’est pas venu pour rester? Il s’agit d’être vigilant pour éviter que le pays ne tombe dans le chaos. Abdoulaye Wade ne recule devant rien pour asseoir sa domination. Macky Sall qui l’a suffisamment côtoyé le sait. Il importe donc de rester suffisamment ferme en laissant la justice faire son travail jusqu’au bout. Rien ne doit la distraire dans cette traque des biens mal acquis parce que les Sénégalais veulent savoir. Tous ceux qui ont les mains sales doivent être jugés en conséquence. A ce niveau, il s’agit de faire la part des choses. Entre, un pays à mettre sur le chemin du redressement -ceci demande de la patience- et des pillards décidés à jouer leur va-tout, en voulant profiter d’un certain mal vécu, il s’agit de rester ferme et de canaliser les mauvaises pulsions.

You may also like...

Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>