Classé dans | Société

Construction de l’arène nationale : Un collectif mène la lutte

Publié le 24 novembre 2014 par Mamadou Wathy

Un collectif dénommé «Préservons les Niayes» est né. Il compte s’opposer farouchement à la construction de l’arène sur ce site.

Préservons les Niayes». C’est le collectif qui, au cours d’un point de presse, a fait part de sa détermination sans faille, à s’opposer par tous les moyens à la construction de l’arène nationale que l’Etat compte réaliser à Pikine. Ibrahima Hann, le porte-parole du collectif précise qu’il n’est pas contre le projet, mais que c’est sa construction dans la zone des Niayes qui pose problème. Dans son argumentaire, il cite une loi du 26 juillet 1952 qui protégeait la zone. Puis, une autre du 2 juillet 1976 dont le Décret n° 76-67 rendait d’utilité publique la zone des Niayes.

Selon M. Hann, c’est le président Abdou Diouf qui est à l’origine du Décret n° 82-397 ayant abrogé tous les autres, pour accorder des terrains à des promoteurs immobiliers dans cette zone. Affirmant que c’est en 1989, l’année qui correspond aux premières grandes inondations à Pikine, que de vastes zones de cultures ont été remblayées pour la création de cités. Le point de départ des récurrentes inondations.
Mais, deux ans après l’alternance et après avoir constaté les conséquences désastreuses liées à ce manque de protection des Niayes, le président Abdoulaye Wade a pris le 15 avril 2002, la décision de promulguer le Décret n° 2002-1042 ordonnant l’élaboration et la mise en œuvre du Programme d’Action pour la Sauvegarde et le Développement Urbain des Niayes (PASDUNE) révèle M. Hann. Il estime que les autorités devaient procéder au déclassement préalable avant d’entreprendre toute construction au niveau de cette zone.

« L’arène doit être implantée à Diamniadio qui se trouve être le lieu idéal parce que permettant, dans ce cas, d’éviter de prendre en charge des frais de remblaiement de l’ordre de 3 milliards, d’éviter les déguerpissements, les recasements et indemnisations de populations » affirme le porte-parole. Dans ce cas, on n’aura point besoin de menacer les emplois des maraîchers, des honnêtes pères de familles qui contribuent au développement de notre pays », poursuit-il.

Enfonçant le clou, le porte-parole du collectif se demande si l’on doit laisser faire l’Etat, pour que des milliards de francs soient gaspillés dans la lutte contre les inondations qui pointent à l’horizon avec la construction de l’arène nationale dans les Niayes. Ces milliards pouvant servir à construire des pistes, des routes, des hôpitaux pour atténuer la souffrance des femmes enceintes, la construction de salles de classe, financer des programmes pour l’adduction en eau potable. Il termine son réquisitoire en dénonçant le morcellement de terrains, effectué sur le site.
Un responsable des maraîchers, El Hadji Lèye, révèle qu’au lieu des 7 (sept) hectares nécessaires pour construire l’arène, ce sont 21 hectares qui sont désormais prévus parce qu’il est question, d’après lui, de viabiliser 400 terrains à usage d’habitation dans la zone.

Pour toutes ces raisons, le collectif « Préservons les Niayes » entend s’ériger en bouclier contre la construction de l’arène et exige le retrait pur, simple, sans condition et dans l’immédiat, du projet de ce site. Il se dit prêt à saisir la justice pour trancher cette affaire.

Dans tous les cas le collectif semble bénéficier du soutien de M. Amadou Diarra, le Maire libéral de la Commune de Pikine-Nord. L’un de ses deux adjoints présents à l’occasion du point de presse, M. Cheikhou Sidibé, a déclaré qu’il n’y aura pas d’arène à Pikine-Nord si les autorités municipales ne sont pas saisies sur la question. Un ancien lutteur qui a requis l’anonymat estime que l’Etat ne peut en aucun cas faire machine arrière concernant la réalisation de cette arène nationale, qui constitue une promesse de longue date faite au monde de la lutte. De son point de vue, ce collectif n’est rien d’autre qu’une poignée de contestataires qui ne peuvent, en réalité, bloquer un projet initié par l’Etat du Sénégal.

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Les Editos

SITES AMIS