Le retour de Wade a mis sur la sellette le pouvoir de Wade, mais remis en selle d’autres sur la scène politique. Des deux côtés, ils sont nombreux à tirer les dividendes du come-back réussi du Pape du Sopi.

Pape Diop. L’ancien président du Sénat a largement contribué à faire de ce retour un succès populaire. Il a été l’un des principaux artisans de la forte mobilisation pour accueillir Wade. Pourtant, après sa sortie de la maison libérale, Wade a cassé du sucre sur le dos de l’ancien maire de Dakar. Il lui a non seulement jeté l’anathème, mais en plus tenté de le confiner dans un discrédit total et définitif. Qui ne se souvent pas des sorties peu amènes de Wade, accusant Pape Diop d’avoir fraudé sur l’âge et pris le nom de son frère.  Et tout le bruit qui a suivi le prétendu sacrifice des albinos… C’est donc une revanche personnelle qu’a prise le leader de Bokk Guis Guis, quand on sait que Wade l’a  appelé pour prendre part à son accueil à Dakar.

Idrissa Seck. Contre toute attente, l’un des gagnants possibles du retour de Wade, c’est Idrissa Seck. On sait que le maire de Thiès a fait, lui aussi, son retour quelques jours avant le  Secrétaire général du Pds. Une certaine rumeur le disait « malade ». Il est revenu fringant comme un sou neuf. « Malade, oui  mais de l’incapacité de Macky Sall à répondre correctement aux préoccupations des Sénégalais ». En perspective des locales du 29 juin, le boss de Rewmi avait donc huilé son discours et sa stratégie de communication. Il a été visiblement pris de court, noyé dans la vague médiatique du retour de Wade. Sur le coup Idy est sans doute perdant. Mais le formidable travail de sape que mène l’ex-président pourrait lui profiter.  Wade est hors de course, le Pds n’a plus de leader charismatique pour lui succéder, encore moins concurrencer Idrissa Seck dans la posture de chef de l’opposition. Sans forcément le vouloir, Wade chauffe donc le fauteuil pour Idrissa Seck, à condition que ce dernier accepte de  jouer  le jeu ;  c’est-à-dire occuper le terrain et faire son job d’opposant.

Mimi Touré. Revoilà le Pm !  Mimi a remis au goût du jour son discours musclé sur la traque des biens mal acquis. Mimi Touré a longtemps été obligée de faire profil bas. Critiquée dans son propre clan, elle a retrouvé, avec l’arrivée de Wade, du poil de la bête. Avec elle, l’Etat, dépassé par le phénomène Wade, a rétabli ses devoirs régaliens : « Abdoulaye Wade est rentré au Sénégal pour y semer le trouble. Son comportement est inadmissible à son âge. Mais qu’il sache que sa stratégie de la peur n’effleure pas le gouvernement… Il n’a qu’à se tenir normalement. Nous n’accepterons pas qu’il sème la terreur dans ce pays… ». L’Etat fort et intransigeant,  c’est ce qui a fait la force de l’ex ministre de la Justice promu Pm.

Sidy Lamine Niasse. L’arrivée de Wade à Dakar a certainement  dopé l’audience de  WalF Tv, elle a aussi remis son patron sous les spots lumineux. Si le retour du vieux a été un évènement médiatique, c’est grâce à la télévision de Sacré-Cœur. Elle a été la seule chaîne à diffuser en direct le show de l’ancien président de la République.  On connaît  les rapports tendus - et c’est un doux euphémisme -  entre Sidy Lamine Niasse et le pouvoir de Macky Sall  Commentant en direct le retour de Wade sur le plateau de sa télé, Sidy Lamine s’est défoulé sur le régime et a démontré toute sa capacité de nuisance. L’idée a circulé, un moment, que l’Etat aurait actionné ses services compétents, Cnra et Artp, pour retirer sa licence à la télé du Mollah Sacré Cœur. Ç’aurait été sans conteste ajouter du bois au feu. Sidy s’est taillé une cure médiatique, après ses déboires de décembre dernier. Faut-il rappeler qu’il est sous liberté provisoire ? Le Pdg du Groupe Walfadjri a été arrêté suite à des accusations proférées dans l’émission Sortie : « Macky Sall s’est enrichi illicitement. J’aimerais bien que le Procureur me convoque pour que je lui remette les preuves qui le démontrent et  je n’attends que cela ». Niasse, a fait face au procureur de la République après avoir passé une nuit à la gendarmerie de Colobane. Mais les preuves qu’il dit détenir n’ont jamais été apportées.

Serigne Modou Kara. Le «Général » n’en demandait pas mieux… Kara est convoqué  le mardi  29  avril au commissariat central de Dakar, avant que les autorités ne se ravisent et l’entendent chez lui, pour des raisons de sécurité publique. Le but de cette convocation était de faire interdire aux ouailles du guide religieux et homme politique le port du treillis militaire  La mesure est sans doute légitime, mais difficile de ne pas y voir une mesure de représailles, visant à faire payer à Kara son audace d’avoir participé, trois jours avant, au succès populaire de l’accueil de Wade. La coïncidence est troublante. Wade a remercié Kara publiquement du haut de son podium, devant le siège de son Parti, en direct sur les écrans de Walf Tv. Le marabout et homme politique a mobilisé ses troupes pour accueillir le Pape du Sopi. Kara est venu de loin… Il n’y a pas si longtemps, il envisageait l’exil. Tellement il s’était senti à l’étroit, après ses propos décriées sur le mode de dévolution du califat mouride.