Classé dans | Santé

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA POLIO : Badara Daffé, l’idéal type

Publié le 19 novembre 2014 par Aminata Dème Sathie

Badara Daffé, ingénieur en informatique, aujourd’hui sous-directeur à la Direction des Systèmes informatiques à la Bceao, a été présenté en exemple aux enfants handicapés du centre Talibou Dabo. Atteint de poliomyélite dès le bas-âge, M. Daffé a su puiser dans son handicap une motivation supplémentaire.

Je ne vis pas ce handicap, car je ne me considère pas comme tel. On n’est handicapé que dans notre tête», avertit Badara Daffé sous un tonnerre d’applaudissements de l’assistance. Vers 10 heures, ils se sont précipités par vagues sur la case, rejoignant le personnel du centre, de l’école primaire, du Cem et des membres des différents Clubs Rotary du Sénégal. Vivant chacun avec un handicap différent, quelques-uns des enfants sont en chaises roulantes, d’autres en béquilles. Très exaltés, les chérubins à mobilité réduite, écoutent d’une oreille attentive l’exposant, Badara Daffé, ingénieur en informatique, aujourd’hui sous-directeur à la Bceao. Vivant avec un handicap depuis son premier anniversaire, M. Daffé est pourtant une fierté. Donné en exemple aux enfants handicapés.

Un modèle de courage

C’est dès l’âge d’un an qu’il a été atteint de la poliomyélite, une maladie qui l’a cloué au lit durant presque toute son enfance. Issu d’une famille modeste, M. Daffé a su gravir les échelons de par son courage et sa détermination à réussir malgré son handicap : « Dans la vie, j’ai appris qu’il faut optimaliser la contrainte. Ce handicap a suscité en moi le goût de l’effort et du travail », confie-t-il. Son objectif en cette Journée mondiale de lutte contre la poliomyélite est d’amener les enfants handicapés moteurs à ne pas perdre espoir. Il lance, apostrophant l’auditoire : « S’il y a un seul enfant parmi vous qui aura compris que ce n’est pas parce qu’on a un handicap qu’on doit tendre la main, je serai comblé ». Il ajoute, plus persuasif « dites-vous toujours que vous devez consentir plus d’efforts que les personnes valides pour réussir».

Le directeur de l’école élémentaire a, quant à lui, invité les enfants à s’inspirer de Badara Daffé pour « gommer tout le complexe qui les habite. Pour lui, les enfants à mobilité réduite peuvent constituer l’espoir de la nation. Pour cela, les parents ne doivent pas verser dans le « complexe de les laisser vivre une vie casanière dans leur famille », estime-t-il. Daffé demande aux enfants de s’armer d’un courage inoxydable pour rivaliser avec les autres. « Quand il s’agit de remuer les méninges, il faut se dire que je vaux n’importe quel autre enfant », affirme-t-il. M Daffé s’est, toute sa vie durant, armé de cette mentalité de combattant. La preuve, il a réussi là où nombre de ses camarades ont lamentablement échoué.

Vers l’éradication de la maladie

En terme de budget, plus de 1, 2 milliard de dollars ont été injectés dans la lutte contre la polio. En 1996, le nombre de pays libérés de la Polio s’élevait à 150. Le nombre de cas signalés a baissé de 85 % depuis 1988. En 2000, l’éradication de la poliomyélite est officiellement proclamée pour la région du Pacifique occidental, s’étendant de l’Australie à la Chine. Aujourd’hui, elle n’est endémique que dans trois pays : Le Nigeria, le Pakistan et l’Afghanistan.

Le Rotary International a lancé « Polio Plus » en 1985. C’était la première et la plus importante initiative du secteur privé, de soutien à une campagne de santé publique au niveau mondial, avec un apport initial de 120 millions de dollars. En 1994, la poliomyélite est éradiquée dans tout le continent américain.
Le Rotary, a, depuis toujours, placé la lutte contre la polio au cœur de ses priorités, selon ses membres du Club. Au Sénégal, tous les clubs se sont mobilisés pour marquer, en cette journée du 24 octobre, leur solidarité « au rescapé de la maladie », d’où cette causerie organisée au centre Talibou Dabo, ponctuée par une randonnée pédestre.

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Les Editos

SITES AMIS