Classé dans | Economie

19EME CONFERENCE DES DOUANES FRANCOPHONES : Les soldats de l’économie face au défi sécuritaire

Publié le 19 novembre 2014 par Fara SAMB

Ouvrant la 19ème Conférence des Directeurs généraux des douanes des pays totalement ou partiellement francophones, lundi et mardi derniers, le ministre de l’Economie et des Finances Amadou Bâ s’est dit attentif à l’évaluation de la Déclaration de Bruxelles adoptée lors de la 18ème session en terre de Belgique. Au Sénégal, les travaux ont débuté sur des questions brûlantes touchant la sécurité et la santé publique, comme en particulier la contrefaçon des médicaments. La rencontre de Dakar devra promouvoir une coopération transfrontalière plus efficace, tenant également compte de l’atout des TIC.

éunis autour du Secrétaire général de l’’Organisation mondiale des douanes (OMD), M. Kunio Mikuriya, du DG des douanes M. Elimane Saliou Gningue, nouveau Président de cette 19ème conférence, des représentants de la Présidence belge sortante et de la CEDEAO, les invités du Sénégal se sont d’entrée penché sur six thématiques brûlantes de la précédente Déclaration. Ces questions vont de la lutte contre le commerce des espèces sauvages menacées d’extinction à la détection et la lutte contre la contrefaçon, en passant par la sécurisation de la chaîne logistique, les échanges d’informations, la gestion coordonnée des frontières et le libre échangisme devant renforcer l’intégration sous-régionale. Au cœur du thème central qui n’est autre que l’Accord sur la facilitation des échanges (AFE) adopté à Bali en décembre 2013, l’actualité brûlante justifie amplement l’appel lancé par le ministre de l’Economie et des Finances et du Plan, relativement à cet «autre défi, celui sécuritaire qui interpelle les administrations douanières compte tenu de leurs responsabilités dans le contrôle des frontières». Auparavant, Amadou Bâ avait campé le contexte, à un mois du XVème sommet de l’organisation internationale de la francophonie (OIF), et alors que s’annoncent deux importantes rencontres que le Sénégal va abriter, à savoir la 2ème réunion de haut niveau entre l’UEMOA et le Japon sur le renforcement de la coopération douanière et le Forum de l’OMD sur les TIC en mai 2015. Tout à l’honneur du Sénégal.

Désigné par acclamation président de la 19ème Conférence, M. Saliou Gningue a expliqué comment, outre son rôle de pourvoyeur de recettes, l’administration des douanes est actuellement appelée à une mission sécuritaire accrue. Un triple enjeu qui, selon lui, interpelle les directeurs généraux réunis à Dakar autour de la mise en œuvre de l’AFE, puisque la douane est au cœur de la circulation des biens et des marchandises, au moment ou l’espace CEDEAO se prépare pour l’entrée en vigueur du tarif extérieur commune (TEC) dès janvier 2015. La menace des produits contrefaits.
Actualité oblige, il a beaucoup été question du commerce des espèces menacées d’extinction, aujourd’hui appelé le crime faunique et objet d’une convention des Nations Unies, la CITES dont le Sénégal est partie prenante depuis 1977. Alors que le Mali signale à côté du trafic d’ivoire qui est mieux connu, la circulation de tambourins et de gros lézards vivants. Sur les produits contrefaits, en particulier les médicaments qui font peser une menace sur la santé publique, souvent ignorée des populations à faible revenu, certains participants suggèrent de remonter les filières jusqu’aux pays de provenance. Autant de domaines où la coopération transfrontalière et l’intégration ont été mises en exergue. L’espoir est toutefois permis depuis l’avènement des nouvelles technologies. A l’exemple du Sénégal qui est fier d’avoir réussi la dématérialisation des procédures et formalités du commerce extérieur, avec le système GAINDE et à son guichet unique électronique ORBUS qui « a permis des gains de temps ainsi qu’une réduction considérable des coûts des opérations douanières », selon le ministre sénégalais de l’Economie, qui a également signalé les avancées significatives comme le programme de partenaires privilégiés avec le secteur privé et l’adoption d’un nouveau Code des douanes introduisant le délit douanier.

Concilier facilitation et contrôle Les échanges de telles expériences devraient permettre de renforcer l’AFE, le DG des douanes sénégalaises estimant que le plus difficile reste de concilier la facilitation avec le contrôle. D’où l’utilisation de méthodes modernes comme le scanner à côté des interventions classiques sur le terrain. Les participants ont beaucoup mis l’accent sur la coopération douanière qui doit commencer par la confiance mutuelle. Le délégué du Mali, par exemple, y reviendra souvent, ajoutant qu’on pourrait faire reculer les points de contrôle pour en diminuer le nombre, la mise en réseaux (l’IPM/interface public-membres, par exemple) facilitant les procédures. Quant à la représentante de la CEDEAO, elle a longuement insisté sur le plus à apporter en tant que groupe francophone, « par un suivi poussé ou par des formations spécifiques ». M. Kunio Mikuriya est largement revenu sur les actions entreprises depuis la rencontre de Bruxelles et qui ont permis d’attirer d’autres donateurs qui sont venus se joindre à la Suède pour soutenir l’OMD dans sa lutte. Après Dakar, la Conférence sera annualisée à partir de cette année 2015.

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here

Les Editos

SITES AMIS